Rouen : un jeune chercheur guinéen trouve la mort après une altercation

Police

FAIT DIVERS - Un chercheur en droit à Rouen d'origine guinéenne, Mamoudou Barry, est décédé samedi 20 juillet, suite à une brève altercation survenue la veille dans la commune de Canteleu. Dans un tweet, le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner a fait part, dimanche, de son "indignation".

Mamoudou Barry, 31 ans, chercheur à l'université de Rouen Normandie, est mort samedi 20 juillet après avoir passé quelques heures dans le coma. La veille, il avait été gravement blessé dans une altercation à Canteleu, près de Rouen. 

Selon nos informations, les faits se sont déroulés aux alentours de 20h20. La victime, qui se trouvait à bord de sa voiture  en compagnie de son épouse, est insulté par un individu. Mamoudou Barry sort alors du véhicule pour s'expliquer et reçoit immédiatement des coups au visage. Il chute au sol, tandis que son agresseur prend la fuite. La victime est prise en charge par les secours et est transporté au CHU de Rouen. Malgré les soins reçus, le jeune universitaire ne pourra pas être ranimé.

Il venait de soutenir sa thèse

L'Institut de recherche et d'enseignement sur la paix en Afrique Thinking Africa a mis en ligne un communiqué pour rendre hommage à l'enseignant, docteur en droit. "Nous perdons un homme de valeur, de consensus, un conciliateur, un brillant intellectuel pluridisciplinaire. Mamoudou a toujours été un guide pour les étudiants, un exemple pour ses collègues et un père de famille dévoué", peut-on lire. L'équipe de recherche précise également que Mamoudou Barry a été "victime d'une agression verbale puis physique d'une extrême violence".

Contactée par LCI, l'université Rouen Normandie a confirmé que le jeune homme était effectivement affilié à l'établissement, sans pour autant figurer dans l'annuaire des enseignants. Il avait par ailleurs soutenu une thèse le 27 juin dernier sur les politiques fiscales et douanières en matière d'investissements étrangers en Afrique francophone.

Un ami de la victime évoque une "agression raciste"

LCI a recueilli le témoignage d'un ami de la victime, qui s'est rendu sur le lieu de l'agression peu après les pompiers. Kalil Kéita, enseignant chercheur à l'Université de Rouen et également Guinéen, affirme que Mamoudou Barry rentrait chez lui en voiture avec sa compagne quand, à hauteur d'un arrêt de bus "l'agresseur les a pointés du doigt et a dit : 'Vous les sales noirs, on va 

vous niquer ce soir'."

Évoquant une "agression raciste", Kalil Kéita a également affirmé que l'agresseur était de "type maghrébin", mais ne pas savoir s'il est de nationalité algérienne. Le soir de l'agression se déroulait la finale de la Coupe d'Afrique des nations entre l'Algérie et le Sénégal.

L'indignation de Castaner

Dimanche, le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner a évoqué l'affaire sur les réseaux sociaux, assurant que "tout est mis en oeuvre pour identifier et interpeller l'auteur de l'agression qui a coûté la vie à Mamadou (sic) Barry. Il appartiendra à la justice de faire toute la lumière sur cet acte odieux. Mes premières pensées vont à ses proches dont je partage l'émotion et l'indignation".

A sa suite, parmi d'autres réactions politiques, la ministre de l'Enseignement supérieur, Frédérique Vidal, a elle aussi réagi à ce drame.

Auprès de LCI, le procureur de Rouen a simplement précisé que "les investigations sont en cours. Les auditions et vérifications devraient permettre de préciser le déroulement des faits". Et de préciser que la sûreté départementale de la DDSP avit été saisie.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter