Champigny-sur-Marne : le commissariat attaqué aux mortiers d'artifice, une personne en garde à vue

Description du sujet digitial
Police

FAIT DIVERS - Plusieurs dizaines d'individus ont pris pour cible le commissariat de cette commune du Val-de-Marne, peu avant minuit samedi. Dimanche, une personne a été placée en garde à vue.

Il était 23h50, samedi soir, quand deux policiers qui se trouvaient en pause devant le commissariat situé au coeur du quartier du Bois-l'Abbé de Champigny-sur-Marne ont essuyé des tirs de mortiers d'artifice et des jets de projectiles. Le temps de se réfugier à l'intérieur du bâtiment et de fermer le sas, les fonctionnaires ont alors vu arriver une quarantaine d'individus, "déterminés" selon le représentant du syndicat Alliance Yves Assioma, cherchant à attaquer ce commissariat. 

S'il n'y a eu aucun blessé, plusieurs véhicules de police ont été dégradés ainsi que la porte vitrée de ce commissariat qui avait déjà été le théâtre d'une scène identique en avril dernier à plusieurs reprises, selon Yves Assioma. Huit mortiers d’artifice ont été découverts à proximité. 

Ce n'est qu'aux alentours de 1h du matin que les forces de l'ordre sont parvenues à disperser les individus et le quartier a retrouvé le calme. 

Si aucune interpellation n'a été effectuée dans les heures qui ont suivi, une personne a finalement été placée en garde à vue dimanche, a appris l'AFP de source policière. 

Lire aussi

Laurent Jeanne, le maire (Libre!) de la commune, a condamné "fermement" ces agissements. "On aurait pu avoir un drame, c'est absolument lamentable d'en arriver à ce point-là, je veux redire tout mon soutien aux forces de l'ordre qui font un travail difficile dans un quartier qui mérite d'être soutenu", a expliqué l'élu. 

Alors que la préfecture de police de Paris et de la petite couronne indique que des investigations sont en cours pour identifier les auteurs, Gérald Darmanin, le ministre de l'Intérieur parti en guerre contre ce qu'il appelle "l'ensauvagement", a réagi sur Twitter : "Les petits caïds n’impressionnent personne et ne décourageront pas notre travail de lutte contre les stupéfiants". 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Voici les trois étapes de l'assouplissement du confinement jusqu'à janvier

EN DIRECT - Covid-19 : moins de 5000 contaminations en 24 heures, une première depuis septembre

Vers la fin de l’attestation de déplacement pour Noël ?

Allègement du confinement : les questions en suspens avant l'allocution d'Emmanuel Macron

"L’eau ça mouille… " : quand Monoprix ridiculise les restrictions dans les rayons

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent