Comment la mouvance islamiste tente de prospérer sur le territoire français ?

Comment la mouvance islamiste tente de prospérer sur le territoire français ?

Depuis ces trois derniers jours, après le drame à Conflans-Sainte-Honorine, le sujet de la montée de l'islamisme a beaucoup été évoqué. Mais que veut réellement dire ce mot et sur quoi s'appuie-t-il pour se développer ?

BarakaCity et le CCIF, voilà deux associations suspectées par le gouvernement de propager des idées islamistes. Officiellement, leur but est la défense des droits de l'Homme et la lutte contre l'islamophobie. Mais selon l'éditorialiste Céline Pina, ces organismes utiliseraient ces incidents pour accréditer l'idée qu'il y a une persécution. A cela s'ajouteraient les harcèlements des personnes anti islamistes sur les réseaux sociaux.

Pour imposer les idées les plus radicales, ils n'hésitent pas à opposer frontalement islam et laïcité. Leurs cibles sont notamment les jeunes fragiles et donc facilement isolables. Pour donner à l'Etat le moyen juridique de se défendre, le Sénat a adopté lundi une proposition de loi constitutionnelle. "Nul individu ou nul groupe ne peut se prévaloir de sa religion pour s'exonérer du respect de la règle commune." Devra-t-on un jour au côté des mots "Liberté, égalité et fraternité" celui de laïcité ?

Ce sujet a été diffusé dans le journal télévisé de 13H du 20/10/2020 présenté par Jean-Pierre Pernaut sur TF1. Vous retrouverez au programme du JT de 13H du 20 octobre 2020 des reportages sur l'actualité politique, économique, internationale et culturelle, des analyses et rebonds sur les principaux thèmes du jour, des sujets en régions ainsi que des enquêtes sur les sujets qui concernent le quotidien des Français.

Toute l'info sur

Le 13h

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Emmanuel Macron s'exprimera à 20h pour rendre hommage à "VGE"

L'application TousAntiCovid sésame indispensable pour entrer dans un supermarché ?

EN DIRECT - Covid 19 : l'Iran passe la barre du million de cas de coronavirus

Valéry Giscard d'Estaing est décédé "des suites du Covid-19"

Bruxelles : quand la police tombe nez à nez avec un eurodéputé hongrois dans une fête libertine clandestine

Lire et commenter