VIDÉO - Creuse : une rave-party illégale rassemble plusieurs centaines de participants

VIDÉO - Creuse : une rave-party illégale rassemble plusieurs centaines de participants
Police

POLÉMIQUE - Une rave-party a rassemblé plusieurs centaines de personnes ce week-end à Feniers, dans la Creuse. Une initiative condamnée par la préfète du département alors que près de 200 gendarmes sont mobilisés pour éviter tout débordement et dissuader les fêtards de continuer la rave-party.

Depuis vendredi soir, plusieurs centaines de personnes se sont réunies pour participer à une rave-party illégale à Feniers, dans la Creuse. "On veut profiter de la fête, en plus en ce moment toutes les boîtes de nuit sont fermées avec le Covid-19, ça devient un peu difficile. Ça nous permet de faire un peu la fête, de retrouver tous nos amis", confie à TF1 un des "teufeurs" présent sur place. Un rassemblement illégal mais surtout irresponsable aux yeux de la préfète de la Creuse.

"Tout le monde fait des efforts, les agriculteurs, je l’ai constaté ce matin, font des efforts. Et là, on a 400 personnes qui se fichent éperdument de leur santé mais aussi de la santé de l’ensemble des Creusois", s'est ainsi insurgée Magali Debatte, toujours au micro de TF1. Près de 200 gendarmes ont été mobilisés bien qu’aucune évacuation n’est envisagée pour l’instant, la stratégie des gendarmes étant plutôt de dissuader les fêtards.

Lire aussi

"On a un dispositif très proche du site, avec des gendarmes qui sont là pour interdire, surveiller et empêcher l’accès aux teufeurs à cette rave party. Ensuite, nous avons mis un dispositif beaucoup plus large, à environ 10 km des axes principaux", indique le colonel Cabioche, commandant du groupement de gendarmerie de la Creuse. Dans la matinée, la préfecture avait pris deux arrêtés pour interdire ce week-end, au vu du "contexte sanitaire actuel", les "rassemblements festifs à caractère musical".

Toute l'info sur

Le 20h

Elle redoutait notamment une affluence massive, avec la venue de 2 000 à 2 500 personnes jusqu'à lundi. Plusieurs préfectures ont pris cet été des arrêtés pour empêcher les rave-party et autres fêtes sauvages en plein air en raison de la crise sanitaire.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

CARTE - Voici la liste des 54 départements désormais sous couvre-feu

Covid-19 : une deuxième vague "pire que la première" ?

Passage à l'heure d'hiver : est-ce vraiment la dernière fois ?

Jeune fille tondue à Besançon : condamnée à un an de prison, la famille a été expulsée ce samedi matin

EN DIRECT - Covid-19 : le bilan va "s'alourdir dans les prochains jours et semaines, quoi que nous fassions"

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent