Paris : le conducteur ayant agressé un aveugle à qui il avait refusé la priorité placé en garde à vue

Police
VIDÉO - Les images tournées par un cycliste ce week-end à Paris montrant un conducteur de voiture agressant un malvoyant et son accompagnateur ont suscité de nombreuses réactions sur les réseaux sociaux. Ce mercredi, le conducteur a été placé en garde à vue.

Les images qui circulent sur les réseaux sociaux depuis ce weekend ont suscité l'indignation. Ce mercredi, le conducteur qui avait agressé un homme aveugle et son accompagnateur dimanche à Paris après leur avoir refusé la priorité sur un passage piéton a été placé en garde à vue mercredi, selon nos informations.


Dimanche, une personne aveugle se guidant avec une canne blanche s'engage avec un accompagnateur sur un passage piéton dans le XIIe arrondissement, comme le montre une vidéo largement relayée sur les réseaux sociaux. Une grosse berline noire frôle alors les deux hommes, leur coupant la priorité. L'accompagnateur donne un coup sur le toit de la voiture qui s'arrête. 

Le chauffeur descend, non pas pour s’excuser… mais pour agresser physiquement et verbalement l'accompagnateur, lui assénant des claques. Il s'en prend également à l'homme aveugle. 


- "Mais pourquoi vous tapez ? Pourquoi vous tapez avec le…Pourquoi vous tapez ? Pourquoi vous tapez", hurle l'automobiliste avant de devenir violent et de porter des coups à l’accompagnateur de la personne malvoyante. 

- "Parce que, parce que vous passez sur un passage piéton et que j’ai la priorité", répond l'accompagnateur. 


Un témoin essaie d'intervenir ainsi qu'une dame qui se trouvait dans la voiture. Lorsque le témoin annonce qu'il va appeler la police, l'homme et la femme remontent dans leur voiture et s'en vont. 

Convoqué au commissariat du XIIe arrondissement, le chauffeur a été placé en garde à vue pour "violence sans ITT (Incapacité totale de travail) sur une personne vulnérable" et "violence sans ITT", selon une source policière à l'AFP.

La Fédération des aveugles et amblyopes de France avait dénoncé lundi dans un tweet une agression "inadmissible" et invité les victimes à porter plainte. Mardi, elle a confirmé qu'elle se portera partie civile et qu'elle suivra cette affaire "de très près".

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter