Fête improvisée sur une plage d'Arcachon : la préfète promet des sanctions

Description du sujet digitial
Police

FAIT DIVERS - Près d'une centaine de personnes se sont rassemblées dans la nuit de vendredi à samedi sur la plage Pereire à Arcachon (Gironde) pour faire la fête et sans respecter les gestes barrières. Les autorités ont promis des sanctions contre les organisateurs.

L'approche de l'été, la chaleur, l'envie de sortir. Onze jours après la fin du confinement, des dizaines de jeunes de Gironde n'ont pas hésité le week-end dernier à enfreindre les règles sanitaires imposées par le gouvernement en raison du Covid-19, ce, en se rassemblant pour faire la fête sur une plage d'Arcachon. Selon les autorités, ils étaient ainsi entre 80 et 100 une bonne partie de la nuit de vendredi à samedi regroupés sur le sable de la plage Pereire. 

Selon la préfète de la région Fabienne Buccio, des jeunes ou groupes de jeunes s'étaient rassemblés tard vendredi soir, vers 22-23 heures sur une plage de la cité balnéaire, suscitant l'intervention de la police qui a eu le signalement par un appel téléphonique. "Les jeunes se sont éparpillés, (ont) disparu telle une nuée au moment où la police est arrivée, on n'en demandait pas plus", a-t-elle indiqué.

Mais une vidéo, qui a tourné depuis sur les réseaux sociaux, suggère un regroupement plus tard dans la nuit, "entre 70 et 100 jeunes rassemblés sur la plage et qui faisaient la fête, en se moquant complètement des moindres principes de précaution, de distanciation", a déclaré la préfète qui a promis lundi des "sanctions" et des "verbalisations" à l'encontre des organisateurs,

Lire aussi

Des jeunes ont été identifiés

Rassemblement spontané des jeunes précédemment dispersés ? Regroupement festif plus organisé ? Le scénario exact de la soirée, ni la durée du rassemblement, n'ont pu être confirmés lundi. Mais la police n'a pas été alertée la seconde fois, selon la préfète.

"Mais il va y avoir une suite, puisque des jeunes ont pu être identifiés sur cette vidéo et sont ou vont être convoqués, et - il faudra voir chaque cas -, mais verbalisés, sans nul doute", a déclaré Mme Buccio. "Tous ceux qu'on pourra identifier, on les recevra. Il faut leur montrer qu'on est pas dans un monde d'impunité, que quand on contrevient à la loi, il y a une sanction." Une enquête pour "mise en danger de la vie d'autrui" a été ouverte par le parquet.

Toute l'info sur

Les défis du déconfinement

Transports, rassemblements... : quelles sont les mesures de restriction toujours en vigueur ?Retour à l'école obligatoire : en quoi consiste le "protocole sanitaire assoupli" ?

"Si eux se sentent, parce qu'ils sont jeunes, peut-être plus protégés que d'autres, il faut pas oublier qu'ils ont des parents (...) On ne peut pas comme ça faire prendre de tels risques, pour soi à la limite, mais aux autres...", a dénoncé la préfète.

Elle a toutefois souligné le bilan positif de ce deuxième week-end consécutif de plages ouvertes et de temps ensoleillé : "ce week-end, nos plages ont attiré du monde, la journée ça s'est plutôt globalement bien passé."

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent