Alpes-de-Haute-Provence : un rocher colossal s'effondre sur des maisons sans faire de victime, "un miracle"

Alpes-de-Haute-Provence : un rocher colossal s'effondre sur des maisons sans faire de victime, "un miracle"
Police

FAIT DIVERS - Un important éboulement s'est produit lundi après-midi dans la commune des Mées, dans les Alpes-de-Haute-Provence. Un énorme rocher de 3000 mètres cubes - soit plusieurs milliers de tonnes - s'est décroché avant d'écraser des habitations. Hormis deux personnes choquées, aucune victime n'est "a priori" à signaler selon les pompiers, qui parlent "d'un miracle".

"Un miracle." Les mots des pompiers en disent long sur la catastrophe qui a très probablement été évidée. Alors qu'un énorme rocher de 3000 mètres cubes s'est effondré sur des maisons lundi aux Mées (Alpes-de-Haute-Provence), aucune victime n'est "a priori" à signaler, selon les secouristes, qui ont mené des recherches durant plusieurs heures. "Il n'y a aucune victime, a priori", s'est félicité dans la soirée le colonel Frédéric Pignaud, commandant des pompiers du département. "On a mis en œuvre 8 maîtres-chiens pour une levée de  doute", a-t-il expliqué à l'AFP, encore stupéfait. 

Pour ce qui est des dégâts matériels en revanche, une maison a été entièrement détruite sous un bloc de plusieurs milliers de tonnes, tandis qu'une autre a l'entrée barrée par les pierres. En cause selon les autorités : "les conditions météorologiques très défavorables de ces derniers jours" qui ont rendu une partie du terrain instable.

Le rocher qui s'est effondré est un des "Pénitents" de la commune : il fait partie d'un amas de grands rochers surplombant le village et ressemblant à une procession de moines en rangs serrés. D'après la légende, ils représentent les moines de la montagne de Lure, pétrifiés au temps des invasions sarrasines pour s'être épris de jeunes femmes mauresques qu'un seigneur avait ramenées d'une croisade. La commune des Mées, qui compte environ 3700 habitants, leur doit sa notoriété.

Seulement deux blessés légers

Un premier bilan faisait état de deux blessés, selon la préfecture. Il s'agit d'une femme, qui circulait dans la rue quand les rochers sont tombés, et d'un homme, secouru après avoir été pris au piège dans sa maison. Les deux personnes ont été "prises en charge" par les secours. 

Hormis ces deux habitants blessés, il n’y a "aucune victime a priori, c’est un miracle", a déclaré le colonel Frédéric Pignaud, chargé des opérations. "On a mis en œuvre 8 maîtres-chiens pour une levée de doute car il y a une maison sous les gravats, mais en confirmant avec les infos de la gendarmerie et de la mairie personne ne manque à l’appel", a-t-il poursuivi auprès de l'AFP. Un chien "sain et sauf", a même été dégagé des décombres.

Alors que les recherches se poursuivaient lundi soir, les autorités ont mis en avant "les conditions météorologiques très défavorables de ces derniers jours" qui ont rendu "une partie du terrain instable". Dans un souci de prévention, une soixantaine de maisons potentiellement impactées par la tombée d'autres roches ont été évacuées et sécurisées.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter