VIDÉO - Enquête ouverte après la grave blessure d'un gilet jaune qui a eu la main arrachée devant l'Assemblée

Police

Toute L'info sur

La colère des Gilets jaunes

BLESSURE GRAVE - Un homme a eu la main arrachée samedi lors du passage du cortège devant l'Assemblée nationale. Âgé de 30 ans, ce plombier était toujours hospitalisé ce dimanche après avoir été opéré. D'après les premiers éléments, non encore confirmés officiellement, c'est l'explosion d'une grenade de type Gli-F4 qui a provoqué la blessure. Une enquête a été confiée à l'IGGN.

Dans quelles circonstances un jeune homme a-t-il eu la main arrachée samedi devant l'Assemblée nationale ? L'enquête, ouverte par le Parquet de Paris en recherche des causes de blessure grave a été confiée à l'Inspection générale de la gendarmerie nationale (IGGN). Elle ne fait que commencer. Et notamment, l'analyse des vidéos. En tout début d'après-midi, Sébastien M. , présenté comme un photographe Gilet jaune mais plombier de profession, prend des photos du cortège qui stationne devant le palais Bourbon. Des heurts opposent alors des casseurs et des forces de l'ordre. Certains manifestants tentent d'arracher les palissades qui marquent l'entrée d'une zone de travaux face à l'Assemblée.

Pour des raisons encore à déterminer, Sébastien M.  est alors grièvement blessé à la main mais aussi à la tête.  

Opéré à la main puis transféré dans un autre hôpital

Evacué par les pompiers l'avant-bras bandé , cet homme originaire d'Argenteuil a été opéré dans un hôpital parisien pour sa blessure à la main avant d'être transféré dans un autre établissement, cette fois pour sa blessure au visage. La victime a la main arrachée, ainsi qu'un traumatisme au niveau du visage, a précisé à LCI une source au sein des sapeurs-pompiers. La préfecture de police a seulement confirmé qu'un manifestant "avait été blessé à la main" avant d'être pris en charge par les pompiers.  

Plusieurs vidéos  ont été mises en ligne où l'on distingue l'explosion d'une grenade. L'une montre assez nettement le cercle rouge et le capuchon jaune d'une grenade de désencerclement de type Gli-F4 mais ce fait n'est pas encore avéré.

Lire aussi

"Il a voulu mettre un coup de main dedans"

Des témoignages affirment que le jeune homme aurait tenté de repousser la grenade qui lui avait d'abord touché le mollet. 

"Quand les flics ont voulu disperser les gens, il a reçu une grenade de désencerclement au niveau de son mollet", a raconté un témoin, Cyprien. "Il a voulu mettre un coup de main dedans pour ne pas qu'elle explose vers sa jambe et elle a pété quand il l'a touchée." "On l'a mis sur le côté, on a appelé les street-medics, c'était pas beau : il hurlait de douleur, il n'avait plus aucun doigt, il n'avait plus grand-chose au-dessous du poignet." 

D'autres témoignages évoquent au contraire le fait que Sebastien M. se serait baissé pour ramasser volontairement la grenade. L'enquête devra déterminer précisément ce qu'il s'est passé. 

Lire aussi

Une marche est organisée mercredi à Argenteuil à 18h en hommage à ce gilet jaune blessé.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter