Enseignant décapité à Conflans-Sainte-Honorine : le profil de l'assaillant

Enseignant décapité à Conflans-Sainte-Honorine : le profil de l'assaillant
Police

Au lendemain de la décapitation d'un professeur à Conflans-Sainte-Honorine, on en sait un peu plus ce soir sur l'assaillant. C'était un Tchétchène de 18 ans, inconnu des services de renseignement. Il avait un statut de réfugié en France depuis sept mois.

Toute l'info sur

LE WE 20H

Un enseignant a été retrouvé décapité en pleine rue à proximité de son collège vendredi en fin de journée. Son agresseur a été abattu par la police. Il s'agissait d'un jeune Tchétchène de 18 ans qui avait obtenu en mars dernier un titre de séjour dans l'Hexagone. Le parquet national antiterroriste s'est saisi de l'enquête. Dix personnes sont toujours placées en garde à vue dans les locaux de la Direction générale de la sécurité intérieure.

Né à Moscou mais d'origine tchétchène, l'auteur des faits s'appelle Abdoulakh Anzorov. Il avait obtenu sa carte de séjour en mars, et bénéficie d'un statut de réfugié. Le jeune homme vivait à Evreux dans l'Eure. S'il n'a jamais été condamné, il était connu pour des affaires de dégradation de bien public et de violence en réunion. Totalement inconnu des services de renseignement, les premiers éléments de l'enquête ne laissent pourtant aucune place au doute, il s'agit bien d'une attaque terroriste. "L'exploitation de son téléphone saisi à proximité de son corps a permis de retrouver dans le bloc-note le texte de la revendication, enregistré à 12h17, ainsi que la photographie de la victime décédée horodatée à 16h57", a évoqué ce vendredi Jean-François Ricard, procureur général au parquet national antiterroriste (PNAT).

Dès vendredi soir, les policiers ont perquisitionné son domicile. Aucun signe d'allégeance n'a été retrouvé et rien ne permet pour le moment d'indiquer qu'il serait parti en Syrie. C'est la piste de l'autoradicalisation qui est privilégiée par les enquêteurs. "On est typiquement face à des individus qui relayent une propagande qui, elle, s'active et s'exprime à l'étranger, qui vient de groupes terroristes...", a martelé Jean-Charles Brisard, président du Centre d'analyse du terrorisme (CAT).

Ce sujet a été diffusé dans le journal télévisé de 20H du 17/10/2020 présenté par Audrey Crespo-Mara sur TF1. Vous retrouverez au programme du JT de 20H du 17octobre 2020 des reportages sur l’actualité politique économique, internationale et culturelle, des analyses et rebonds sur les principaux thèmes du jour, des sujets en régions ainsi que des enquêtes sur les sujets qui concernent le quotidien des Français.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Le gouvernement envisage des mesures de durcissement nationales "dans les jours à venir"

Appelés à "défendre l’intérêt" du pays, les musulmans de France s’inquiètent d’une surenchère

Le Maroc condamne la publication des caricatures de Mahomet

"Trop risqué", des médecins mettent en garde contre les conséquences d'un éventuel reconfinement

Quel est donc ce "confinement éco-compatible" que réclament deux médecins Lillois ?

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent