Financement libyen de la campagne de Sarkozy : la volte-face de Takieddine

Financement libyen de la campagne de Sarkozy : la volte-face de Takieddine

Mercredi soir, c'est le coup de tonnerre dans l'affaire du présumé financement libyen dans laquelle Nicolas Sarkozy a été poursuivi. Son accusateur, déjà condamné, fait marche arrière et affirme qu'il n'y a pas eu de financement.

Quel crédit accorder à un homme qui ne cesse de changer de version depuis huit ans ? Les dernières déclarations de Ziad Takieddine sont, en tout cas, fracassantes. Dans une interview à Paris Match, le principal accusateur dans l'affaire du présumé financement libyen de la campagne de Nicolas Sarkozy en 2007, fait une volte-face spectaculaire.

Jusqu'à présent, Ziad Takieddine déclarait aux juges et aux médias qu'il avait lui-même livré des valises d'argent libyen, en provenance du régime de Mouammar Kadhafi, pour financer la campagne de Nicolas Sarkozy. Alors pourquoi revient-il sur ses accusations ? L'intermédiaire sulfureux répond en mettant en cause les juges d'instruction.

Dès hier soir, l'ancien président a réagi en publiant un communiqué. Il demande notamment l'annulation de sa mise en examen dans ce dossier. L'enquête repose sur d'autres éléments à charge, mais sans les accusations circonstanciées et répétées de Ziad Takieddine, c'est une grande partie du dossier qui s'effondre.

Toute l'info sur

Le 13h

Sur le même sujet

Lire et commenter