VIDEO - Manifestant à terre frappé par un policier à Paris : l'IGPN saisie

VIDEO - Manifestant à terre frappé par un policier à Paris : l'IGPN saisie
Police

Toute L'info sur

La réforme des retraites d'Emmanuel Macron

ENQUÊTE - La diffusion d'une vidéo d'un policier en train de frapper un homme à terre et le visage ensanglanté samedi à Paris au cours des manifestations fait polémique. Deux enquêtes, une menée par l'IGPN et l'autre à la demande de la préfecture de police de Paris, ont été ouvertes.

La vidéo brutale fait scandale, suscitant colère et dégoût. La scène se déroule samedi 18 janvier à Paris, dans le secteur de la Gare de l'Est, pendant l'acte 62 des Gilets jaunes. Sur les images filmées au téléphone et relayées des dizaines de fois sur les réseaux sociaux, on peut voir un membre des forces de l'ordre frapper un homme à terre. Le visage ensanglanté, le manifestant est immobilisé au sol. Alors qu'il ne semble pas opposer de résistance, le policier lui assène plusieurs coups à hauteur de la tête. 

"Pourquoi vous êtes méchants comme ça ?", demande au cordon des forces de l'ordre une témoin, qui assiste à l'interpellation et que l'on peut entendre distinctement sur la vidéo. Alors qu'elle recule, à l'arrière plan le CRS qui procède à l'arrestation, donne des coups de poing. "Il frappe !", s'écrie-t-elle, prenant à partie le policier qui lui fait face. "Vous avez vu votre collègue ? Regardez ce qu’il fait. Il est en train de le frapper alors qu'il saigne. Ayez un peu de pitié. Vous êtes dégueulasses !"

Lire aussi

Selon nos informations, le parquet de Paris a ouvert une enquête du chef de "violences volontaires par personne dépositaire de l'autorité publique". Les investigations ont été confiées à l'IGPN, la police des polices. "Le préfet de police a demandé à la Direction de l'ordre public et de la circulation (DOPC) de faire toute la lumière sur cette action en ouvrant une enquête administrative interne, confiée aux services d’évaluation et de contrôle", indique la préfecture de police de Paris à LCI.

"Trois plaintes ont été déposées par des policiers pour violences volontaires", indique une source policière à LCI ce lundi. Parmi les plaignants, le policier que l'on voit sur les vidéos frapper un manifestant. Le manifestant ainsi frappé est sorti de garde à vue et va être convoqué devant le tribunal correctionnel du chef de violences sur personnes dépositaires de l'autorité publique. Le parquet requerra contre lui un placement sous contrôle judiciaire.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent