Il a sauvé 17 personnes piègées par les intempéries : l’adjudant David Garcia raconte

L'histoire de l'adjudant David Garcia, c'est un acte de bravoure parmi des interventions qui mériteraient toutes d'êtres racontées. Le dernier en date s'est déroulé vendredi dernier près du village de Tende dans les Alpes-Maritimes.

TÉMOIGNAGE - L'adjudant David Garcia s'est illustré par un acte de bravoure lors du passage dévastateur de la tempête Alex dans les Alpes-Maritimes. Il est parvenu, in extremis, à mettre à l'abri un groupe de 17 personnes avant qu'une route ne s'effondre.

David Garcia, adjudant de gendarmerie de la commune de Tende, dans les Alpes-Maritimes, le dit lui-même : "S'il y a un danger pour la population, on doit être prêts au sacrifice ultime. C'est la gendarmerie, c'est ma vie". Au plus fort de la tempête Alex vendredi dernier, alors que la vallée de la Roya était submergée par les eaux, ce militaire a sauvé 17 personnes, avec l'une de ses collègues policière municipale. 

Toute l'info sur

Tempête Alex : la désolation dans les Alpes-Maritimes

On attendait trois ou quatre minutes de plus, il n'y avait plus personne- David Garcia, adjudant de gendarmerie de Tende

Tout commence lorsqu'il est appelé pour retrouver un agent des routes, disparu depuis 45 minutes. Une fois sur place, l'homme indique au gendarme qu'il faut intervenir rapidement car des enfants et des femmes sont piégés par la montée des eaux. David Garcia rejoint alors Audrey Andrieu, une policière municipale, déjà en train de porter assistance à ces personnes. "Elle avait de l'eau jusqu'à la taille, elle s'enfonçait", raconte-t-il. Audrey Andrieu, elle, dit n'avoir eu qu'une idée en tête : "il fallait les sauver et les mettre en sécurité, c'était le principal". Tous deux sont intervenus dans un laps de temps millimétré : juste après le sauvetage, la route s'est effondrée. "On attendait trois ou quatre minutes de plus, il n'y avait plus personne", souffle David Garcia.

En vidéo

Tempête Alex : Emmanuel Macron salue l'adjudant David Garcia

Les personnes mises à l'abri, le gendarme et la policière repartent en voiture, mais se retrouvent à leur tour piégés par la montée des eaux. Ils s'extraient alors par les fenêtres du véhicule. "On aurait pu s'effondrer avec la route, j'ai réalisé cela quelques jours après", confie David Garcia. Tous deux parviennent alors à trouver un abri ou passer la nuit, une maison vide. Ce n'est que le lendemain qu'ils pourront rejoindre leurs collègues, sans nouvelle d'eux depuis 36 heures.

Ce mercredi matin, David Garcia et Audrey Andrieu sont allés prendre des nouvelles de Gaston, un grand-père qu'ils ont pu mettre à l'abri avec sa femme et ses petits-enfants. Tout le monde est sain et sauf. L'homme était ému aux larmes en revoyant l'adjudant Garcia et sa collègue policière, et les a chaudement remerciés. Chacun est ensuite reparti à sa mission. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Sous-marins australiens : Paris et Washington se renvoient la balle

EN DIRECT - Covid-19 : confinement prolongé jusqu'au 4 octobre en Nouvelle-Calédonie

Pourquoi la disparition d'al-Sahraoui est un "gros coup" porté au groupe État islamique au Grand Sahara

La mystérieuse disparition d'une jeune instagrameuse met les Etats-Unis en émoi

Patrimoine, assurance-chômage... Les annonces d'Emmanuel Macron pour les travailleurs indépendants

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.