Marne : un agriculteur en détention provisoire pour avoir tiré sur un voleur de carburant

Marne : un agriculteur en détention provisoire pour avoir tiré sur un voleur de carburant
Police

REPORTAGE - A Ambrières, dans la Marne, un agriculteur a été placé en détention provisoire pour avoir tiré sur des cambrioleurs qui tentaient de lui voler du carburant, blessant grièvement l'un d'eux.

Les faits se sont produits dans la nuit du 31 janvier au 1er février à Ambrières, dans la Marne. Un agriculteur, prévenu par un dispositif anti-intrusion, a appelé la gendarmerie pour signaler que des voleurs étaient en train de s'en prendre au carburant de son exploitation. Il est alors sorti avec son frère, tous deux armés d'un fusil, pour tirer deux coups de feu en l'air, et un autre en direction des cambrioleurs. Et l'un de ces derniers, atteint notamment à l'intestin grêle et au colon, a été grièvement blessé. 

Selon le parquet, l'agriculteur de 46 ans a contesté en garde à vue "toute intention d'homicide", s'est dit "pris de panique" et a affirmé que "cet épisode faisait suite à de nombreuses plaintes pour des vols de carburant multiples dont il avait été victime depuis plusieurs années, et encore plusieurs fois au cours du mois écoulé". Depuis, il est toujours placé en détention provisoire pour homicide volontaire, sa demande de liberté provisoire devant être étudiée jeudi. Une marche de soutien est déjà prévue devant la cour d'appel de Reims.

Lire aussi

Un climat d'insécurité dans le village

Toute l'info sur

Le 13h

"En un mois, il a été volé au moins quatre fois, dont la veille, assure le maire de ce village de 255 habitants aux équipes de TF1 dans le reportage en tête de cet article. Mais ce qu’il ne faut surtout pas faire, c’est se faire justice comme ça s’est passé là… Pour nous, c’est dramatique".

Ces vols à répétition, l'agriculteur est loin d'être le seul à en avoir été victime à Ambrières où, selon un habitant, "tout le monde est sur le qui-vive". Les patrouilles des forces de l'ordre sont désormais plus fréquentes, mais leur travail est difficile dans cet espace faiblement urbanisé, alors que la gendarmerie est à 30 kilomètres de là.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent