VIDÉO - "Gang des vélos" : comment les gendarmes ont démantelé le réseau

Les gendarmes de la section de recherches d'Orléans ont démantelé le "gang des vélos". Ces voleurs étaient à l'origine d'une dizaine de cambriolages en France depuis février 2019. Cinq personnes ont été mises en examen.

COUP DE FILET - Un réseau très particulier a sévi en France entre février 2019 et septembre 2020 : "le gang des vélos". Ses membres ont volé pour près d'un million d'euros dans des magasins de cycles avant d'être repérés et arrêtés par les gendarmes au terme d'une vaste enquête.

En moyenne, un vélo est volé chaque minute en France. Si certains de ces engins sont retrouvés, d'autres sont revendus à l'étranger dans le cadre d’un véritable trafic. Une filière surnommée "le gang des vélos" a ainsi été à l’origine d’une dizaine de cambriolages entre février 2019 et septembre 2020, dont un d’ampleur dans le hangar de Gérald Schesneau, gérant de "Stockovélo" à Migné-Auxances, dans la Vienne, où près de 80 vélos de luxe ont été dérobés.

"Ils ont coupé les tôles du toit et faisaient remonter les vélos", explique le commerçant dans le reportage en tête de cet article. Un mode opératoire astucieux et ne laissant quasiment aucune trace, comme en attestent les images de vidéosurveillance que s’est procurées TF1, dans lesquelles on distingue seulement un grapin attraper une à une les bicyclettes. "On avait des vélos de triathlète à 10.000 euros pièce. Je pense qu’ils sont venus repérer dans la journée", assure Gérald Schesneau.

Toute l'info sur

Le 20h

Une enquête minutieuse

Le marché parallèle échappe à tous les contrôles, faute de système d’identification efficace des pièces, comme pour les voitures ou les motos. "La seule solution serait d’ajouter une puce GPS sur le vélo, invisible à l’extérieur, qui permettrait en cas de vol de tracer le vélo sans problème", soupire le commerçant, dont le préjudice s’élevait à 180.000 euros. Pour les enquêteurs et les gendarmes de la section de recherche d’Orléans, qui ont pu retrouver de justesse la marchandise, stockée dans un entrepôt de région parisienne, conditionnée et prête à partir dans les pays de l’Est, l’enquête a été compliquée.

"C’était une enquête complexe, parce qu’on travaille sur des ressortissants étrangers qui vont et viennent entre l’Europe de l’Est et la France. On a appliqué toutes les techniques d’enquête qui sont à notre disposition, à savoir l’ADN, les interceptions téléphoniques, la filature, l’observation. On est sur une filière très spécifique", indique le colonel Peltier, de la Section de recherche d'Orléans.

"La particularité de ce dossier, c’est qu’on a pu démanteler l’intégralité de la filière : les voleurs, les commanditaires, les receleurs locaux et les personnes procédant à l’exportation des vélos à l’aide d’un système de navettes", ajoute le colonel. Au total, au terme de cette enquête menée par la Section de Recherches d’Orléans et le détachement de l’Office Central de lutte contre la délinquance itinérante de Rennes, le préjudice total des cambriolages atteint près d’un million d’euros. Sept personnes ont été arrêtées et mises en examen des chefs de vols en bande organisée, recel en bande organisée de vol commis en bande organisée et association de malfaiteurs en vue de commettre un crime.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - "Lever le confinement le 15 décembre, ce ne sera pas baisser la garde", souligne Gabriel Attal

CARTE - Confinement : regardez jusqu’où vous pourrez sortir autour de chez vous dès le 28 novembre

Allègement du confinement : les mesures détaillées jeudi à 11h par Jean Castex

"Cessons de dire des bêtises" : taxé de racisme après sa parodie d’Aya Nakamura, Omar Sy se défend

L'ouverture des stations de ski "impossible" pour les vacances de Noël

Lire et commenter