VIDÉO - Un bateau chavire dans la Manche : ce que l'on sait de l'accident qui a provoqué la mort de trois enfants

Police
CHAVIRAGE - Un bateau de loisir s'est retourné lundi après-midi à 800 mètres de la plage de Passous, à Agon-Countainville. Trois enfants, âgés de 7 à 13 ans, sont restés prisonnières de la cabine. D'après les nouveaux éléments de l'enquête communiqués mardi, c'est une vague qui a fait chavirer le bateau dont le moteur s'était enrayé au moment où les occupants avaient commencé une manoeuvre de retour vers la plage.

Un bateau de loisir a chaviré au large d'Agon-Coutainville, dans la Manche, lundi 12 août dans l'après-midi. Six personnes étaient à bord du bateau : trois adultes et trois enfants. La vedette et tous les occupants ont été ramenés sur la plage de Passous où ils ont été pris en charge, en état d'urgence, par les secours. En arrêt cardio-respiratoire, les trois enfants de 7, 9 et 13 ans n'ont pu être réanimés tandis que les trois adultes qui les accompagnaient sont indemnes ou légèrement blessés. 

Que s'est-il passé au large d'Agon-Coutainville ?

C'est l'appel d'un témoin qui a déclenché l'alerte à 15h33. Le drame est survenu à environ 800 mètres de la plage de Passous, face à l'école de voile d'Agon-Coutainville. Une vedette de type pêche-promenade, à bord de laquelle se trouvaient les six passagers, "s'est retournée" au large de la commune située dans la Manche. Une embarcation de l'école de voile voisine s'est aussitôt dirigée vers le lieu du chavirage, à la suite d'une alerte du CROSS (Centre régional opérationnel de secours et de sauvetage en mer) de Jobourg. Ce dernier a engagé immédiatement "l'hélicoptère Dragon de la sécurité civile stationné à Granville (50), deux unités de la société nationale des sauveteurs en mer (SNSM) d'Agon-Coutainville et de Blainville, le poste de secours de Passous, les pompiers du SDIS 50 et le SAMU 50", a détaillé le communiqué de la préfecture maritime.


À bord du bateau de loisir se trouvaient six occupants. Les trois adultes, qui accompagnaient les enfants, ont été projetés en mer lors du chavirage et ont pu être secourus par deux vedettes de la SNSM et un hélicoptère de la sécurité civile. Ils sont indemnes ou légèrement blessés. Les trois victimes, deux fillettes de 9 et 13 ans et un garçon de 7 ans restés prisonniers de la cabine, étaient en arrêt cardiaque lorsqu'elles ont été prises en charge par les secours et n'ont pu être réanimées. 

Originaire de l'Orne, le couple d'une quarantaine et cinquantaine d'années, propriétaire du bateau à moteur, était en vacances pour quelques jours sur la côte normande. Basé au camping municipal du Sénéquet à Gouville-sur-Mer, il avait effectué cette sortie en mer, en compagnie de leurs deux fillettes de 9 et 13 ans, ainsi que d'une amie et de son fils de 7 ans.

Comment s'est déroulé l'opération de secours

Parmi les premiers intervenants, Pascal Dutot, président de la SNSM de Agon-Coutainville, a participé aux difficiles opérations de sauvetage. À son arrivée sur le lieu de l'accident, le bateau était à la verticale. "Quand on est arrivés sur place, on a vu juste le nez du bateau, on ne voyait que 80 cm à 1 mètre, avec les enfants à l'intérieur. Tout le reste était sous l'eau", témoigne-t-il sur RMC. "Ce qui était difficile, c'était surtout d'extraire (les enfants) de la cabine, à casser le pare-brise... Avec les rouleaux qu'il y avait, ce n'était pas facile. La mer n'était pas belle. Pour un petit bateau de 5,50 m, c'était un peu juste."


Sortis de l'embarcation, inconscients, les enfants ont rapidement été pris en charge par les sapeurs-pompiers mais n'ont pu être secourus. "En découvrant les enfants inconscients, je me doutais que la situation était très grave. Il a fallu le temps de l'alerte du Cross plus 10 minutes pour que nous arrivions sur zone. Ça veut dire qu'ils avaient déjà passé tout ce temps piégés dans la cabine...", confie le sauveteur au quotidien Le Parisien. "C'est vraiment très très dur à vivre. Jusque-là, il a fallu être dans l'action puis répondre aux questions des gendarmes mais là, ça commence à retomber. C'est terrible." 

Le moteur s'est enrayé et une vague a fait chavirer le bateau

Une enquête a été ouverte par le parquet de Coutances pour "déterminer les circonstances précises de ce naufrage". Mardi, la procureure de la République Ingrid Giard a apporté de nouvelles précisions. Elle a confirmé que suite à l'examen des corps, la cause de la mort était bien la  noyade. "Aucune autopsie ne sera réalisée, la cause du décès ayant été déterminée."


Selon  les nouveaux éléments de l'enquête communiqués par la procureure, l'accident s'est produit "à l'occasion d'une manœuvre de retour de la vedette vers la plage". "Le moteur s'est enrayé et une vague a fait chavirer la vedette, propulsant les adultes dans l'eau et piégeant les enfants à l'intérieur de la cabine."


Les conditions météorologiques semblaient bonnes, lundi après-midi, et aucune mise en garde particulière n'avait été émise pour la navigation. Néanmoins, un témoin sous couvert d'anonymat a indiqué à nos confrères du quotidien Ouest-France que le vent soufflait fort (50km/h) et "qu'il ne fallait pas sortir par ce temps". La mer était très formée avec des vagues de 1,50 m. 


S

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter