Violente explosion rue de Trévise à Paris : les riverains traumatisés

Police

Toute L'info sur

Explosion rue de Trévise à Paris

TÉMOIGNAGES - Les immeubles ont tremblé. Les vitres ont explosé. Dans le quartier de la rue de Trévise, les riverains témoignent de la violence de l'explosion qui a soufflé une boulangerie. Certains ont cru à un séisme quand d'autres décrivent une scène de guerre.

"Mes enfants étaient dans l'appartement avec leur père, tout le monde est vivant". Soulagée mais encore submergée par l'émotion, une mère de famille est revenue sur la violente explosion qui a tué quatre personnes et en a blessé une cinquantaine d'autres ce samedi à 9h rue de Trévise dans le 9e arrondissement de la capitale. "On a senti le gaz " a-t-elle raconté au micro de LCI avant de poursuivre son récit : "J'étais dans l'escalier de service et tout m'est tombé dessus."

"On s'est réveillé en sursaut, on a entendu l'immeuble trembler", a témoigné une autre habitant du quartier, expliquant avoir vu vu des personnes sur le point de sauter par la fenêtre. "D'autres habitant leur ont dit d'attendre les secours", raconte-t-elle, soulignant que "l'air devenait littéralement toxique pour tout le monde."

Dans les minutes qui ont suivi l'explosion, plusieurs touristes, valises à la main, évacuaient les nombreux hôtels de cette zone centrale de la capitale tandis que d'autres sortaient en robe de chambre ou finissaient de s'habiller précipitamment dans la rue en sortant des immeubles et hôtels voisins.

Voir aussi

"Les portes sont sorties de leurs gonds"

"Je dormais et j'ai été réveillée par l'effet de souffle", a pour sa part raconté une habitante du 6 rue de Trévise, l'immeuble où se trouvait la boulangerie. "Toutes les fenêtres de l'appartement ont explosé, toutes les portes qui étaient ouvertes sont sorties de leurs gonds, pour sortir de la chambre j'ai dû marcher sur la porte, les enfants étaient paniqués, ils pouvaient pas sortir de leur chambre", précise-t-elle. La famille a finalement dû être évacuée par une échelle par les pompiers depuis le 1er étage. "Les pompiers nous ont conseillé de sortir mais la gaine de l'ascenseur a été soufflée, plus de rambarde, plus rien, et il y avait trop de fumée. Donc on s'est réfugié chez nos voisins au premier étage et les pompiers nous ont fait descendre par une échelle. Chez ces voisins il y a deux pièces qui n'existent plus, la salle de bains est un trou", explique-t-elle.

"On était tous en train de dormir et là on entend un bruit, on a cru que c'était un séisme", a témoigné pour sa part une adolescente de la rue attenante, la rue Montyon.  "Les voitures qui sont au niveau de la boulangerie, on les voit à peine parce qu'elles sont remplies de poussière et de débris comme une explosion d'après-guerre, un attentat, c'est très impressionnant", a décrit un autre. 

"Il y a une dame à la fenêtre au premier étage qui disait :'Aidez-nous, aidez nous, on a un enfant'", a raconté David Bangura, un réalisateur de 38 ans qui se trouvait dans un hôtel non loin de l'explosion. Les pompiers se sont précipités pour les secourir.

Lire et commenter