Viols en série : un nouveau portrait-robot pour retrouver le "prédateur des bois"

Police

INVESTIGATIONS – La Direction générale de la police nationale a lancé ce mardi un appel à témoins dans le cadre d’une affaire criminelle de viols en série commis entre 1998 et 2008. Deux portraits-robots, dont un nouveau actualisé, ont été réalisés afin de tenter d’identifier un suspect.

Il avait été surnommé le "prédateur des bois" car la majorité des faits dont il est soupçonné ont été commis dans des espaces de terrain couverts d’arbres. Malgré les investigations menées, il n’a jamais été retrouvé. 

Ce mardi 2 avril, la Direction générale de la police nationale a lancé un appel à témoins pour tenter de retrouver un individu suspecté d’avoir commis cinq viols au moins entre 1998 et 2008 dans l’Essonne, à Paris, et en province. Deux portraits-robots, dont un actualisé vieillissant le suspect, ont été réalisés par les services de police afin de tenter d’identifier cet homme. 

En 2011 déjà, des portraits-robots avaient été diffusés alors que les gendarmes de la section de recherches (SR) de Paris et les policiers de la brigade de protection des mineurs (BPM) étaient à l’œuvre pour retrouver cet individu qualifié de "très dangereux". En vain... 

"Fais pas la conne, sinon je te plante !"

Les gendarmes et policiers avaient été au départ saisis pour trois viols. Mais des empreintes génétiques relevées dans deux autres affaires de viol sur mineures en 1998 et 1999 ajoutées au Fichier national automatisé des empreintes génétiques (FNAEG) peu avant 2011, avaient permis de porter à cinq le nombre de victimes identifiées.

Les faits alors connus avaient été commis dans la forêt des Grands-Avaux à Champcueil (Essonne), dans la commune des Loges-en-Josas (Yvelines), dans une zone boisée près de Limours-en-Hurepoix (Essonne), dans un sous-bois à Saint-Aubin (Essonne) et à proximité de La Rochelle (Charente-Maritime).

Le mode opératoire de l'agresseur était à chaque fois le même : il menaçait des jeunes femmes avec un couteau ou un cutter avant de les emmener en plein  jour dans des endroits isolés, souvent des zones boisées.  Puis il menaçait sa proie en disant : "Fais pas la conne, sinon je te plante !". 

Oreille percée, "regard acier"

Dans son appel à témoins diffusé ce mardi, la Direction Régionale de la police nationale donne le signalement du suspect. Il s’agit d’un homme de type européen. Il serait âgé aujourd’hui d’environ 60 ans. Il mesure entre 1m80 et 1m90. Il a le "regard acier" selon les enquêteurs car ses yeux sont bleus très clairs. Il a le visage émacié, les rides frontales et naso-labiales. Ses cheveux devraient être grisonnants s'ils ne sont pas teints. Il s’exprime en français et sans accent. En 2008, date des derniers faits connus, il était de corpulence mince, avait les cheveux coupés courts et portait une boucle d’oreille à l’oreille gauche. 

Le suspect a fréquenté notamment les départements de Charente-Maritime en 1998, de l’Essonne en 1999, des Hauts-de-Seine, de l’Essonne et des Yvelines en 2000 et de Paris et de l’Essonne en 2008. 

Toute personne ayant des informations pouvant aider les enquêteurs peut contacter le groupe d’investigations et de coordination sur les crimes en Série (GICCS) de l 'Office central pour la répression des violences aux personnes (OCRVP) au 0800 35 83 35 (numéro vert)  ou par mail à giccs@interieur.gouv.fr

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter