Présidentielle 2017 : Macron surclasse Hollande

SONDAGE LCI - Selon notre sondage réalisé avec l’institut TNS Sofres-One Point, Emmanuel Macron recueillerait entre 15% et 20% d’intentions de vote au premier tour de l’élection présidentielle. Il ne parviendrait cependant pas à se qualifier pour le second tour, quels que soient les candidats face à lui.

A huit mois de l’élection présidentielle, l’horizon de François Hollande est bien sombre. Ses chances d’être réélu sont de plus en plus minces. Et ce n’est pas la dynamique initiée par Emmanuel Macron qui va le rassurer. Selon un sondage LCI-Le Figaro, réalisé par TNS Sofres-One Point, l’ex-ministre de l’Économie constitue le meilleur espoir de la gauche en vue du scrutin de mai prochain.


Dans un premier scénario où il se présente contre François Hollande, Emmanuel Macron recueille 15% au premier tour si le candidat des Républicains est Alain Juppé. S’il s’agit de Nicolas Sarkozy, l’ex-patron de Bercy oscille entre 16% et 18% (en fonction de la présence ou non de François Bayrou).

Dans le cas où Arnaud Montebourg serait candidat à la place de François Hollande, Emmanuel Macron pourrait recueillir jusqu’à 20% des intentions de vote au premier tour contre Nicolas Sarkozy (en l’absence de François Bayrou). Face à Alain Juppé, il plafonnerait à 16%.

Malgré ses scores encourageants, l’ancien ministre de l’Économie serait toutefois incapable, pour l'instant, de se qualifier pour le second tour, Marine Le Pen (qui oscille entre 26% et 29%) et le candidat des Républicains le devançant dans tous les cas de figure. 


Enfin, un dernier scénario sans Emmanuel Macron laisse craindre le pire pour François Hollande. Face à Nicolas Sarkozy, l’actuel locataire de l’Elysée ne rassemblerait que 13% des intentions de vote (15% si François Bayrou n’est pas candidat). Face à Alain Juppé, le président de la République obtiendrait 14%. 

La présence de François Hollande au second tour de l’élection présidentielle est donc de plus en plus compromise. Emmanuel Rivière, directeur de l’unité Public Affairs chez TNS Sofres, estime que ses chances sont presque nulles. "Ce serait du jamais vu. […] La logique aujourd'hui, c'est celle de l'alternance. C'est ce que montre notre enquête. La droite est au second tour. Et puis l'autre élément du paysage politique, c'est que Marine Le Pen est très installée et que les évènements de cet été l'ont plutôt conforté. Donc on ne voit pas très bien par quel trou de souris François Hollande pourrait passer aujourd'hui".

En vidéo

Présidentielle 2017 : "Se qualifier au second tour au niveau où est Hollande, du jamais vu"

Par ailleurs, à la question "parmi les personnalités suivantes qui serait, selon vous, le meilleur candidat de la gauche pour l’élection présidentielle de 2017 ?", Emmanuel Macron est la première réponse pour 27% des personnes interrogées, loin devant Jean-Luc Mélenchon (11%) et Arnaud Montebourg (9%).


Il n’arrive par contre qu’en troisième position (18%) lorsqu’on interroge uniquement des sympathisants de gauche ; il est devancé par Jean-Luc Mélenchon (23%) et François Hollande (20%). Enfin, auprès des sympathisants du PS, il se classe 2e (26%) derrière François Hollande (33%) mais largement devant Manuel Valls (13%).

En vidéo

Présidentielle 2017 : Macron surpasse Hollande et Le Pen toujours favorite

Pour aurant, ce sondage ne signifie à l'heure actuelle pas grand chose pour le secrétaire national du parti socialiste Eduardo Rihan Cypel.  "L'élection est très loin et on a déjà vu des scénarios écrits à l'avance être totalement déjoués", explique-t-il avant de poursuivre : "Je suis sûr d'une chose : les Français ne sont pas entrés dans une élection présidentielle, et il ne faut pas s'agiter sur une photographie momentanée"

En vidéo

Hollande derrière Macron à la présidentielle : "L'élection est très loin"

Également député PS en Seine-et-Marne, Eduardo Rihan Cypel soutient aussi que les ambitions de Macron ne tiennent pas debout : "L'aventure Macron, si elle continue en solitaire, elle ne mène nul part", martèle-t-il. "Je crois qu'aujourd'hui, la question qui doit se poser à Macron est simple : est-ce que son aventure doit être solitaire au point de faire perdre tout le camp du progrès et le camp de la gauche ?", questionne l'homme politique en pointant du doigt la lourde responsabilité du président du mouvement "En Marche".

En vidéo

Présidentielle : Macron devant Hollande au premier tour, sa "lourde responsabilité" pointée du doigt

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La démission de Macron

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter