2021 : quels enjeux pour Emmanuel Macron ?

Les arguments du chef de l'Etat laissent perplexes certains économistes.

AVENIR - Après une année 2020 marquée par la gestion de la crise du Covid-19, l'année 2021 sera cruciale pour Emmanuel Macron, qui attend de relancer les réformes.

Lors de ses voeux de 2019, le président de la République avait fait deux promesses aux Français pour 2020 : "Mener à son terme" la très contestée réforme des retraites et continuer à "transformer notre pays". Quelques mois après, l'épidémie de Covid-19 emportait tout sur son passage et obligeait le chef de l'Etat à se concentrer à 100% sur sa gestion. Si le virus ne disparaîtra pas totalement des priorités du Président en 2021, les enjeux ne seront plus les mêmes.

Toute l'info sur

Covid-19 : la France fait-elle les bons choix face au virus ?

Les dernières infos sur l'épidémie et les mesures sanitaires

En effet, le plus grand défi d’Emmanuel Macron pour l'année à venir sera de réussir la campagne de vaccination. A peine commencée celle-ci faisait déjà l'objet de critiques de la part de l'opposition, obligeant le chef de l'Etat à s'exprimer à ce sujet sur le rythme des premières vaccinations. Emmanuel Macron a promis d'éviter "une lenteur injustifiée". Quelques heures plus tôt, son ministre de la Santé annonçait des mesures pour accélérer la campagne.

Après les résidents et personnels des Ehpad, le gouvernement lancera à partir de la mi/fin février la vaccination de 14 millions de personnes présentant un facteur de risque lié à l’âge ou une pathologie chronique. Suivront au printemps les personnes non-prioritaires, à commencer par les 50-64 ans et les professionnels des secteurs essentiels au fonctionnement du pays en période épidémique.

Alors qu’au printemps dernier, le pays avait eu du mal à disposer d’assez de masques et manquait de tests PCR, le gouvernement n’a pas le droit à l’erreur, notamment parce que la vaccination d’une part importante de la population pourrait aider le pays à ne pas basculer dans une troisième ou quatrième vague les prochains mois. 

Mais d’ici la fin de la campagne de vaccination, nul doute que le président de la République aura de nouveau à faire des arbitrages importants, notamment sur la réouverture des lieux culturels et des bars et restaurants. Il pourrait aussi être dans l’obligation de prononcer un nouveau confinement, ou de durcir le couvre-feu en vigueur.

Le retour de la réforme des retraites ?

Outre la gestion de la crise sanitaire, le chef de l’Etat devrait également essayer, s'il le peut, de rattraper le retard pris sur les réformes. Mi-mars, il avait annoncé qu'en raison de l'épidémie "toutes les réformes en cours [étaient] suspendues". Le gouvernement a bien essayé de relancer la machine cet été, mais l'accalmie a été de trop courte durée. Parmi celles qui pourraient faire leur retour en 2021 figure la réforme des retraites, promesse de campagne d'Emmanuel Macron. 

Le 2 décembre dernier lors d’un déjeuner avec les présidents des groupes du Sénat, Emmanuel Macron a assuré que la réforme des retraites n’était "pas d’actualité" ou "pas à l’ordre du jour" tant que la crise sanitaire perdurerait. Mais l’Elysée a également démenti des informations de presse faisant état d’une annonce d’un report de la réforme après 2022. Le ministre de l’Economie Bruno Le Maire estime même qu'elle est la "priorité absolue des réformes le jour où nous engagerons les réformes", même si des poids lourds de la majorité comme le président de l’Assemblée nationale Richard Ferrand poussent pour la repousser à un éventuel second quinquennat d’Emmanuel Macron.

PMA pour toutes et loi "sécurité globale" au programme

Lire aussi

Plusieurs textes importants devraient être adoptés par le Parlement l'année prochaine : la loi bioéthique instaurant la PMA pour toutes, la loi "sécurité globale" ou encore la loi "confortant les principes républicains". Le chef de l’Etat fera également tout pour que le référendum pour inscrire la protection du climat dans la Constitution puisse se tenir avant la fin de son quinquennat. L'adoption de ces textes serait autant d’arguments en faveur d’Emmanuel Macron en vue d’une candidature à sa succession en 2022.

Pour cela, le chef de l’Etat devra également faire en sorte que La République en marche limite les dégâts lors des élections régionales et départementales qui devraient avoir lieu en juin 2021, après les mauvais résultats obtenus aux municipales.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : plus de 16.600 cas ces 24 dernières heures

ENTRETIEN EXCLUSIF - Brigitte Macron se confie sur son expérience du Covid-19

Variants du coronavirus : faut-il privilégier le masque FFP2 dans les lieux à risques ?

À quoi ressemblent les dernières heures de Donald Trump à la Maison-Blanche ?

Fin du "Muslim ban", retour dans l'accord de Paris... ce que Joe Biden fera dès son investiture

Lire et commenter