26 départements sont-ils "quasiment au plein emploi", comme l'assure Bruno Le Maire ?

Bruno Le Maire a profité d'un passage sur BFMTV pour défendre le bilan du gouvernement en matière d'emploi.
Politique

Toute L'info sur

À la loupe

À LA LOUPE – Soulignant les bons chiffres du chômage pour le 4e trimestre 2019, Bruno Le Maire a déclaré qu'aujourd'hui, le plein emploi serait presque atteint dans un quart des départements français. Une lecture un peu optimiste des chiffres officiels.

La publication des chiffres du chômage pour le 4e trimestre 2019 a été accueillie avec enthousiasme au sein du gouvernement. Ce taux de 8,1%, Bruno Le Maire l'a qualifié de "succès décisif pour la France". Invité de BFMTV ce jeudi matin, le ministre de l'Économie et des Finances a fait un état des lieux de l'emploi à travers le territoire et vanté l'action du gouvernement. "26 départements", s'est-il réjoui, "sont quasiment au plein emploi".

Le plein emploi, c'est quoi ?

Faut-il partager l'enthousiasme de Bruno Le Maire ? Si la baisse du chômage est notable, parler d'un plein emploi dans de nombreux départements semble de prime abord moins évident. Le premier écueil vient de la définition de ce plein emploi, qui n'est pas partagée de manière unanime parmi les économistes. 

Lire aussi

Si l'on se réfère au site "viepublique.fr", portail officiel géré par des services rattachés à Matignon, le plein emploi "correspond à un état du marché du travail caractérisé par l’emploi de toutes les personnes appartenant à la population active". Les indicateurs retenus pour le mesurer sont ceux définis par l'Organisation internationale du travail ; l'OIT selon laquelle "le marché du travail est en situation de plein emploi quand le taux de chômage est inférieur à 5%". Périodes de carences entre deux postes, profils trop ou trop peu demandés sur le marché du travail... Pour de nombreuses raisons, il existe en effet un "chômage résiduel", qu'aucune politique de l'emploi ne peut enrayer. 

Si  la définition du plein emploi n'est pas unanime, un relatif consensus s'observe autour d'une fourchette comprise entre 4,5 et 5 % de chômage. C'est notamment celle que retient Éric Heyer, économiste à l'OFCE interrogé en 2017 par BFM Business. D'autres spécialistes estiment même que cette barre des 5% est trop haute : c'est le cas d'un autre économiste, Jean Pisani-Ferry, pour qui il faut plutôt tabler sur un taux compris entre 3,5 et 4%.

Bruno Le Maire s'enflamme

En considérant que le plein emploi s'établit aux alentours de 5%, peut-on affirmer comme Bruno Le Maire que 26 départements sont aujourd'hui proches de ce taux ? Les données de l'INSEE à l'échelle départementale ne sont aujourd'hui disponibles que pour le 3e trimestre 2019, et elles contredisent l'affirmation du ministre. 

Un seul département est aujourd'hui à 5% de chômage : le Cantal. Deux autres sont sous les 6%, la Lozère et la Mayenne, à respectivement 5,4 et 5,5%. Les 26 départements mentionnés par Bruno Le Maire sont en fait ceux qui affichent un taux inférieur à 7,3%. Ce taux s'approche de celui des 7%, présenté comme un objectif gouvernemental d'ici la fin du quinquennat. 

Si Bruno Le Maire peut se réjouir d'une baisse des chiffres du chômage à l'échelle nationale, il est faux d'affirmer que 26 départements sont proches du plein emploi.  Et si la France s'éloigne de plus en plus du seuil des 10%, il faudra que l'inversion de la courbe du chômage soit pérenne et se poursuive pour rendre l'objectif des 7% atteignable. Il faut en effet remonter à la fin de l'année 1982, soit presque 40 ans, pour retrouver des niveaux d'emploi semblables dans l'Hexagone.

En vidéo

Les bons chiffres du chômage sont-ils à porter au crédit d’Emmanuel Macron ?

Vous souhaitez réagir à cet article, nous poser des questions ou nous soumettre une information qui ne vous paraît pas fiable ? N'hésitez pas à nous écrire à l'adresse alaloupe@tf1.fr

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent