336 décorés de la Légion d’honneur le 1er janvier : ça donne droit à quoi cette distinction suprême ?

336 décorés de la Légion d’honneur le 1er janvier : ça donne droit à quoi cette distinction suprême ?

HONNEUR - Emmanuel Macron avait annoncé vouloir "revaloriser" cette distinction nationale, la plus haute de France, qui avait été créée par Napoléon Bonaparte en 1802. Que procure cette distinction ?

2018, année du renouveau pour la Légion d’honneur ? La promotion du 1er janvier 2018, révélée ce dimanche, semble le montrer. Elle compte assez peu de noms célèbres et illustre "la volonté d'un respect plus strict des critères d'attribution et des valeurs fondamentales du premier ordre honorifique : universalité, mérite, contribution au bien commun", a indiqué la Grande Chancellerie de la Légion d'honneur dans un communiqué.


Mais quels sont les avantages de cette distinction suprême ? Comme l’indique le site dédié, "la Légion d’honneur ne s’accompagne d’aucun avantage matériel ou financier réels". Il s’agit seulement d’une "source de fierté inestimable pour les récipiendaires et leurs proches et un exemple de civisme rendu public". Obtenir la Légion d’honneur – que vous n’aurez pas demandé, son obtention se fait toujours par l’entremise d’un tiers -, vous offre donc la reconnaissance éternelle de la Nation, donc. 

Pas tellement d'intérêts financiers

Dans les faits, une somme d’argent est allouée. Mais ne comptez pas là-dessus pour renflouer les caisses : elle se situe entre 6,10 euros (pour les chevaliers) et 36,59 euros (pour les Grand'croix) par an. Une somme modeste, qui n’est du coup pas souvent réclamée par les bénéficiaires. D’autant que les récipiendaires doivent aussi mettre la main à la poche, pour acheter la décoration qui leur sera remise : ainsi, le prix de la plaque de grand-croix s’élève à 1.130 euros, d’après le site de la Monnaie de Paris. Ces derniers doivent en outre s’acquitter de droits de chancellerie depuis 2003 qui s’élèvent à 101,38 euros.


Côté financier, n’en n'attendez donc pas grand-chose. Tournez-vous plutôt vers les récompenses symboliques. Notamment du côté de vos enfants. La Légion d’honneur donne le droit à sa descendance féminine de postuler aux prestigieuses Maisons d'éducation de l'institution. D’après le site de L'Etudiant, ces établissements, réservés aux filles, accueillent 480 internes à partir de la sixième au collège des Loges à Saint-Germain en Laye (78), et 500 élèves à Saint-Denis (93) à partir de la seconde. 

En vidéo

Macron épingle la légion d'honneur

"L’école qui a longtemps accueilli des filles de bonne famille en difficulté scolaire, doit désormais refuser du monde", indique le site. En seconde, il a environ 400 demande par année, pour 55 places. C'est que, là-bas, l'éducation y est stricte, l'uniforme obligatoire, et les résultats sont là : le lycée affiche un taux de réussite de 100% au bac, dont 85,9% de mentions bien ou très bien. Là encore, cela a un prix : les frais scolaires coutent pas loin de 2.000 euros. 

Avantages symboliques

Enfin, les distingués peuvent intégrer la Société des membres de la Légion d’honneur. Ce qui permet de séjourner dans des résidences illustres telles que le château du Val à Saint-Germain-en-Laye (Yvelines) et la résidence de Costeur Solviane, à Saint-Raphaël.  Dernier avantage et pas des moindres, pour entrer dans l’au-delà : les décorés bénéficient d’honneurs funèbres lors de leur enterrement. La Légion d’honneur compte 93.000 membres. Chaque année environ 3.000 personnes sont distinguées, un tiers à titre militaire, deux tiers à titre civil.

Il y a quelques mois, Emmanuel macron avait annoncé son intention de revoir les conditions d’attribution de cette prestigieuse décoration instituée par Napoléon Bonaparte, en réduisant le nombre de décorations octroyées, et faire revenir le seul critère du mérite pour décider de qui peut y prétendre ou non. Sont donc sur la sellette certains usages en cours, comme l’attribution quasi-automatique du ruban à certaines catégories, comme les anciens ministres, les académiciens, les anciens ambassadeurs, ou encore les militaires partis en mission, qui représentent aujourd’hui 40% des décorés. 

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La présidence Macron

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter