3700 euros de retraite à la RATP, que dit vraiment la Cour des comptes ?

Politique

Toute L'info sur

À la loupe

À LA LOUPE – Une bataille de chiffres s'est déroulée sur le plateau de La Grande Confrontation sur LCI mercredi. Au cœur du débat, les pensions de retraite de 3.700 euros que toucheraient les salariés de la RATP. Nous avons démêlé le vrai du faux.

Invité de LCI mercredi soir dans La Grande Confrontation, le Haut-Commissaire à la réforme des retraites Jean-Paul Delevoye a défendu le projet du gouvernement. Outre le passage à un système par points, il prévoit une suppression des régimes spéciaux, régulièrement critiqués et dénoncés. En plateau, David Pujadas a interrogé des Français concernés par ces régimes spéciaux, notamment dans le secteur ferroviaire. 

Voir aussi

Parmi eux, le cheminot et délégué syndical SUD-Rail Fabien Villedieu a tenu à dénoncer un certain nombre de "préjugés" et de paroles "très agaçantes" répétées dans les médias. "Je vois en permanence qu'on nous explique que les agents de la RATP partent avec 3.700 euros, un chiffre tiré de la Cour des comptes", a-t-il lancé. "3.700 euros c'est plus que le salaire des agents de la RATP, donc j'espère que le ministre va au moins pouvoir rétablir cette vérité !"

Le Cour des comptes s'est-elle trompée ?

Pour Fabien Villedieu, aucun doute, la Cour des comptes fabule. Il estime qu'un tel chiffre est très éloigné de la réalité, et qu'il semble très élevé pour un salarié lambda. "Je comprends que les gens soient agacés, qu'ils se disent : « Mais c'est quoi ce bordel ? »" 

Sur quoi repose cette somme ? Pour l'analyser, il faut tout d'abord retrouver la publication de la Cour des comptes régulièrement citée. Il s'agit d'un rapport daté de juin 2019, portant sur "les régimes spéciaux de retraite de la RATP, de la SNCF et des industries électriques et gazières (IEG)". En synthèse, les auteurs du document mettent en avant le fait que pour ces différentes entités, "les montants moyens de pension sont plus élevés que dans la fonction publique. Pour les nouveaux retraités de 2017, la pension brute moyenne en équivalent carrière complète s’élève à 3.592 € pour les IEG, à 3.705 € à la RATP et à 2.636 € à la SNCF contre 2.206 € pour les fonctionnaires civils de l’État."

Lire aussi

On retrouve bien les 3.700 euros (3.705 exactement), mais il est ici question de "pension brute", une précision importante qui permet de mieux comprendre le décalage entre les données officielles et ce que touchent une majorité d'agents à la retraite. Par ailleurs, la Cour des comptes spécifie bien que les montants mis en avant sont en "équivalent carrière complète" avec une retraite à taux plein. Or, ce n'est pas le cas de tous les salariés, qui n'attendent pas forcément d'avoir cotisé le nombre requis de trimestres (de 161 à 168, chiffre valable pour la majorité d'entre eux).

On comprend donc à la lecture de ce rapport qu'au sein de la RATP, le montant moyen des pensions n'est pas de 3.700 euros nets. Ce que confirme la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (DREES), qui évaluait en 2017, comme le rappelle Checknews, à 2.856 euros le montant moyen des pensions pour les nouveaux retraités. Attention, il s'agit là toujours d'une somme brute !

Un statut vraiment avantageux ?

Source précieuse dès lors que l'on s'informe sur les différents régimes de retraite, la DREES permet d'apporter une nuance supplémentaire concernant les salariés de la RATP. Elle fournit en effet le montant brut moyen de toutes les pensions versées, un chiffre inférieur à celui des néo-retraités puisqu'il est de 2.357 euros. Si les sommes condensées dans les différents rapports peuvent s'avérer trompeuses car données en brut, il faut préciser que fournir des sommes en net serait très délicat, en raison de disparités entre les foyers fiscaux (via des taux de CSG variables, notamment).

Si l'on compare les pensions brutes des nouveaux retraités de la RATP à celles touchées en moyenne par les Français qui terminent leur carrière, on observe un différentiel important : 2.856 euros, nous l'avons vu précédemment, contre 1.496 euros. C'est également plus que dans la fonction publique, en raison "des écarts de rémunération et des différences de catégorie professionnelle" des personnels de l'entreprise, souligne la Cour des comptes. Salaires plus élevés et qualifications plus élevées jouent en faveur des salariés de la RATP.

Dernier point à noter : le mode de calcul utilisé pour fixer le montant des pensions. Il prévoit en effet que la pension à taux est équivalente à 75% du salaire sur les six derniers mois de carrière. Assez avantageux, ce régime de retraite est amené à disparaître si la réforme portée par Jean-Paul Delevoye aboutit. Décidés à défendre leurs acquis sociaux, les syndicats s'organisent pour mettre sur pied une grève illimitée début décembre. Ils considèrent notamment que leurs régimes spéciaux sont une manière de compenser la pénibilité du travail et se montrent, comme Fabien Villedieu, hostiles à la réforme. 

Voir aussi

Vous souhaitez réagir à cet article, nous poser des questions ou nous soumettre une information qui ne vous paraît pas fiable ? N'hésitez pas à nous écrire à l'adresse alaloupe@tf1.fr 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter