5000 agents, dotés de bâtons de défense mais non armés : Anne Hidalgo détaille son projet de police municipale

Anne Hidalgo, lors du lancement de sa campagne le 13 janvier 2020.
Politique

SÉCURITÉ - Candidate à sa réélection, la maire socialiste de Paris détaille mercredi dans L'Obs son projet de police municipale à Paris. Anne Hidalgo confirme que ces quelque 5000 agents ne seront pas armés, mais "formés pour neutraliser" d'éventuels assaillants.

Elle s'y opposait jadis, elle en a fait son cheval de bataille pour 2020. Anne Hidalgo a détaillé, mercredi dans un entretien à L'Obs, le projet de police municipale qu'elle souhaite mettre en oeuvre si elle est réélue en mars. La maire socialiste sortante a confirmé son objectif de créer d'ici 2024 une force constituée 5000 agents, estimant avoir d'ores et déjà redéployé 3400 de ces fonctionnaires dans le cadre de la législation actuelle. 

A L'Obs, Anne Hidalgo a précisé qu'il s'agirait d'une police paritaire - autant d'hommes que de femmes - afin "d'aider à lutter contre le harcèlement de rue dont sont encore trop souvent victimes les femmes". Cette police municipale, "présente et joignable 7 jours sur 7, 24 heures sur 24",  sera chargée "de faire respecter les règles du quotidien", comme la lutte contre les dépôts sauvages, les déjections, les mégots, la surveillance des usagers de la voie publique - dont les trottinettes -, mais aussi de prendre "à bras-le-corps les actes racistes, antisémites ou anti-LGBT, malheureusement nombreux à Paris". 

Cette police municipale sera enfin affectée à une "mission environnementale", en contrôlant le respect des normes Crit-Air par les véhicules, ou encore en sanctionnant les nuisances sonores. 

Lire aussi

Police sans arme

Anne Hidalgo continue toutefois de se démarquer de ses principaux concurrents, Benjamin Griveaux, Rachida Dati et Cédric Villani, en refusant que cette police soit armée. "Ces policiers municipaux auront notamment un bâton de défense et un gilet pare-balles", précise-t-elle. "Ils seront formés pour neutraliser ceux qui pourraient s'en prendre à eux. Mais ils n'auront pas d'arme létale. Imiter la police nationale avec l'arme à feu, les patrouilles en voiture et les contrôles d'identité, ce n'est pas mon choix", assume la maire, disant vouloir "inventer une autre forme de police, au service des habitants, proche, visible et accessible". 

L'élue parisienne propose en outre de créer "une école de formation spécifique" pour ces agents, dont une partie était affectée auparavant aux contraventions de voirie. Si elle refuse que cette police se substitue à la police nationale dans la lutte contre la délinquance, elle veut enfin créer "une agence parisienne du travail d'intérêt général" pour les mineurs délinquants. 

Anne Hidalgo s'opposait à l'instauration d'une police municipale lors de sa campagne en 2014. Elle assume aujourd'hui d'avoir changé d'avis, estimant notamment que la police nationale s'est largement recentrée sur la lutte contre le terrorisme au lendemain des attentats de novembre 2015.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent