Bugs du site pour le RIP sur la privatisation des aéroports de Paris : on vous explique ce qu'il s'est passé et ce qu'il vous faut faire

Politique

Toute L'info sur

À la loupe

À LA LOUPE - A peine ouvert et déjà critiqué. Le site qui permet aux Français d'apporter leur soutien pour la tenue d'un référendum contre la privatisation d’Aéroports de Paris est ouvert aux signatures depuis le 12 juin au soir. Or, des lecteurs de LCI.FR nous signalent déjà des bugs. D'autres critiques l'ergonomie du site. On vous aide à comprendre ce qu'il s'est passé.

Depuis le 12 juin, les Français peuvent soutenir le projet de Référendum d'initiative populaire (RIP) contre la privatisation d'Aéroports de Paris. Il n'a pas fallu attendre bien longtemps pour constater les premiers bugs qui perturbent le tout premier RIP de l'histoire de France. De nombreux internautes ont partagé leur mauvaise expérience avec le site. Certains n'existant plus sur les listes électorales quand d'autres voient la page bloquée avant même d'avoir pu voter. 

Pour rappel, afin que cette proposition aboutisse, il faut réunir 10% du corps électoral, soit 4,7 millions de signatures. Les votes prendront fin le 12 mars 2020.

Absence des listes électorales, deuxième acte ?

Lire aussi

Souvenez-vous lors des élections européennes le dimanche 26 mai : de nombreux électeurs n'avaient finalement pas pu voter. Ils découvraient le jour même qu'ils n'étaient plus inscrits sur les listes électorales de leur bureau de vote habituel. La raison était due à la mise en place du Répertoire électoral unique pour la première fois. Un cafouillage qui avait particulièrement inquiété les lecteurs de LCI.fr. Nous avions alors reçu des centaines d'emails d'électeurs.

Le Référendum d'initiative populaire (RIP) va-t-il donner lieu aux mêmes déboires ? Dès l'ouverture du RIP contre la privatisation d'Aéroport de Paris, des internautes ont relevé des bugs sur le site. Ils n'ont pas tarder à partager leur mécontentement sur les réseaux sociaux. 

Une lectrice d'À La Loupe nous a même affirmé qu'elle avait pu voter lors des dernières élections européennes, mais que aujourd’hui le site du RIP lui indique qu'elle n'a pas été retrouvée sur les listes électorales de la commune qu'elle a indiquée. 

Tout le monde aura le temps de s'inscrire, puis de soutenir le RIP

Pour comprendre ces situations, nous avons contacté l'Insee, coresponsable avec les communes, du Répertoire électoral unique. L'Institut nous a répondu que les personnes qui ont le message d'erreur "Nous ne sommes pas parvenus à vous retrouver" ont plusieurs solutions. Premièrement, elles peuvent vérifier si elles ne sont pas inscrites dans une autre ville et remplir le champ "Recherchez votre commune de vote" par une autre commune. 

Il ne faut pas non plus commettre d'erreur sur les autres informations personnelles à remplir. L'Insee rappelle que ce sont les noms et prénoms qui figurent dans l'acte de naissance qui sont enregistrés sur le Répertoire électoral unique. Ainsi, omettre son troisième prénom et en inverser l'ordre de ses prénoms peut entraîner une impossibilité de retrouver l'électeur sur le site du RIP. 

Si malgré ces deux manipulations, l'internaute ne se retrouve toujours pas, c'est sans doute qu'il n'est plus inscrit sur les listes électorales. Deux solutions se présentent à lui, nous explique l'Insee. Il peut effectuer la démarche en ligne de demande d'inscription sur les listes électorales via le site Service-Public.fr. Sinon, il peut toujours se rendre en personne à l'accueil de sa mairie pour s'y inscrire.

Pas d'inquiétude en terme de temps. L'Insee nous assure que ces démarches, qu'elles soient effectuées en ligne ou en mairie, sont plutôt rapides. Les Français qui souhaitent signer contre la privatisation d'Aéroports de Paris seront bien inscrits sur leur liste électorale à temps, soit avant les neuf mois de consultations. 

Enfin, l'Insee nous précise que le code accolé au nom de la commune correspond au code Insee. Attention, il ne s'agit pas du code postal. Ce n'est pas donc un bug de la part du ministère de l'Intérieur. 

Un nombre important de connexions

Les difficultés rencontrées par les internautes seraient dues à un trop grand nombre de connexions depuis l'ouverture du site. C'est en tout cas ce que rapporte le ministère de l’Intérieur au Parisien.  Le site est hébergé sur des serveurs internes du ministère. Ces derniers ne sont sans doute pas armés pour un nombre aussi important de connexions.

Pour s'en rendre compte, À La Loupe a fait le calcul. La période de dépôt de soutien se termine le 12 mars 2020, soit 274 jours. Pour être validé, le Référendum d'initiative populaire devra recueillir au minimum le soutien de 10% du corps électoral. Cela représente pas moins de 4,7 millions d'électeurs. Ainsi, si on divise le nombre de jours de consultation par le nombre minimum de signataires requis, on obtient au moins 17.153 connexions par jour. Ceci correspond à, environ, une signature toutes les 3 secondes durant les neuf mois de consultation en ligne. Sans compter les internautes qui viendraient plusieurs fois sur le site sans signer ou après l'avoir déjà fait. 

Un site peu intuitif

De nombreux votants critiquent aussi l'ergonomie du site et la difficulté à trouver la proposition du Référendum d'initiative populaire. La mise en page du site date de 2014, année de l'instauration de la loi sur RIP. Sauf que depuis sa mise en ligne, ce site n'avait jamais servi. La privatisation d'Aéroports de Paris est le tout premier référendum de ce type. Egalement, la plateforme n'affiche pas de compteurs permettant de suivre en temps réel l'évolution du nombre de signataires.

Une situation inédite qui peut également expliquer l'impossibilité, pour les signataires, d'aller au bout de leur démarche. Le ministère de l'Intérieur les invite donc à recommencer, des améliorations concernant l'accès doivent être mises en place rapidement. 

Il ne faut pas non plus oublier que les personnes qui ne souhaitent pas ou ne peuvent pas voter en ligne peuvent toujours effectuer la démarche de soutien au RIP via un formulaire papier. Pour cela, il suffit d'imprimer et remplir ce document Cerfa et se rapprocher de sa mairie pour connaître les démarches de dépôt. 

Voir aussi

Vous souhaitez réagir à cet article, nous poser des questions ou nous soumettre une information qui ne vous paraît pas fiable ? N'hésitez pas à nous écrire à l'adresse alaloupe@tf1.fr.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter