A quoi pourrait ressembler la Banque européenne du climat voulue par Emmanuel Macron ?

Politique
ÉCOLOGIE - Dans sa tribune "Pour une Renaissance européenne", Emmanuel Macron appelle à la création d'une "Banque européenne du climat pour financer la transition écologique". Cette idée était en fait déjà portée par le climatologue Jean Jouzel et l'économiste Pierre Larrouturou. En quoi consisterait-elle et où trouverait-elle des capitaux ?

Créer une "Banque européenne du climat pour financer la transition écologique". Voilà ce que propose Emmanuel Macron dans sa tribune publiée ce mardi dans la presse française et européenne, sans être très précis toutefois sur ses modalités et son financement. "Renouer avec le fil du progrès, c’est aussi prendre la tête du combat écologique. Regarderons-nous nos enfants en face si nous ne résorbons pas aussi notre dette climatique ? L’Union européenne doit fixer son ambition – 0 carbone en 2050, division par deux des pesticides en 2025 – et adapter ses politiques à cette exigence : Banque européenne du climat pour financer la transition écologique ; force sanitaire européenne pour renforcer les contrôles de nos aliments…" écrit le président de la République dans cette tribune. Il reprend là à son compte une idée défendue par le climatologue Jean Jouzel et l’économiste Pierre Larrouturou. Et eux sont plus précis sur le financement et les missions de cette banque.

Dans leur Pacte Finance-Climat, Jean Jouzel et Pierre Larrouturou proposent de mieux redistribuer les richesses et les capitaux, et de créer deux instruments puissants pour développer la transition écologique : un budget européen dédié et une banque du climat. Cette dernière "aurait pour mission d'utiliser les liquidités disponibles afin d'octroyer aux pays signataires du traité des prêts à taux zéro pour financer la transition écologique", explique l'économiste à 20Minutes. "Chaque pays disposerait d’une enveloppe de prêt à taux zéro correspondant à 2% de son PIB. Chaque année, la France pourrait investir 45 milliards d’euros à la transition écologique", expliquaient les deux hommes dans une tribune publiée dans Le Parisien le 16 décembre 2018. 

"Faire de la Banque européenne d’investissement une Banque du développement durable"

Sur le site internet du Pacte Finance-Climat, on peut lire : "Inutile de modifier les statuts de la BCE. Il suffit de faire de la Banque européenne d’investissement une Banque du développement durable chargée de fournir aux Etats membres des financements qui seront intégralement utilisés pour la transition énergétique. Un Traité européen donnerait à chaque pays un droit de tirage correspondant à 2% de son PIB : la France aurait chaque année 45 milliards à taux zéro, l’Allemagne près de 65 milliards."


Au départ, la Banque européenne du climat, qui serait une filiale de la Banque européenne d'investissement (BEI), serait dotée de 4,5 milliards d'euros de capitaux propres. Ces sommes permettraient de financer l’isolation de bâtiments, le développement d’énergies renouvelables, le déploiement de transports propres ou la promotion de l’agroécologie et engager ces travaux sur le long terme.

Selon Pierre Larrouturou, cette banque pourrait être créée en un an. "En 1989, à la chute du mur de Berlin, Helmut Kohl et François Mitterrand ont créé la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD) destinée à financer la transition économique des pays de l’ex-bloc soviétique. Six mois ont suffi alors qu’on partait de rien", explique-t-il dans 20Minutes.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter