Qui est Claire Hedon, la journaliste que l'Elysée veut voir à la place de Jacques Toubon ?

Qui est Claire Hedon, la journaliste que l'Elysée veut voir à la place de Jacques Toubon ?
Politique

PORTRAIT - Après six années, Jacques Toubon s'apprête à terminer son mandat de Défenseur des droits. Et c'est Claire Hédon, une ancienne journaliste, engagée contre la pauvreté qui pourrait reprendre sa place à la tête de cette autorité indépendante.

Elle devrait être la nouvelle voix de la défense des droits et libertés en France. Claire Hédon a été choisie ce mardi par l'Elysée pour succéder à Jacques Toubon à la tête du Défenseur des droits, autorité indépendante qui s'est récemment muée en vigie des libertés publiques, imposant des avis purement consultatifs dans le débat public.

Cette nomination, proposée par le Premier ministre Edouard Philippe, doit encore être entérinée par la "commission concernée" de l'Assemblée nationale et du Sénat, comme prévu par la Constitution, a indiqué l'Elysée dans un communiqué. Si l'identité de la successeuse de Jacques Toubon était entérinée, Claire Hédon prendra ses fonctions fin juillet au moment du départ de ce dernier. 

Lutte contre la pauvreté

Ancienne journaliste radio, notamment sur RFI où elle présentait une émission sur la santé, Claire Hédon, 57 ans, préside depuis 2015 l'association ATD-Quart Monde qui lutte contre l'extrême pauvreté, et rappelait constamment qu'un des moyens pour lutter contre était d'automatiser le versement des aides disponibles. Elle avait accueilli Emmanuel Macron dans un centre de l'association à Noisy-le-Grand (Seine-Saint-Denis) en septembre 2018, en marge de la présentation de la stratégie gouvernementale de lutte contre la pauvreté.

Demande de l'interdiction des lanceurs de balle de défense (LBD), "déontologie de la sécurité", dénonciation du recul des services publics... Pendant son mandat de 6 ans, le Défenseur des droits, ancien ministre de l'Intérieur particulièrement marqué à droite a fait entendre sa voix, notamment pendant la période des Gilets jaunes, pour défendre les droits et libertés dans le cadre des relations avec les administrations, lutter contre les discriminations ou encore veiller au respect de la déontologie par les personnes exerçant des activités de sécurité. Encore récemment, à l'occasion des manifestations en hommage à George Floyd ou Adama Traoré, il avait repris à son compte les critiques contre les politiques publiques qui ne résoudraient pas le caractère systémique des "discriminations" basées notamment sur la couleur de peau ou l'origine supposée des personnes.

Lire aussi

Autant de thèmes que Claire Hédon a déjà brassés à la tête d'ATD-Quart Monde, selon une responsable de l'association. "La défense des droits fondamentaux est également la vocation centrale d'ATD-Quart Monde, c'est d'ailleurs cela qui a du jouer dans le choix d'Edouard Philippe", a indiqué à l'AFP cette responsable, ajoutant que "les discriminations à l’encontre des plus fragiles" sont au cœur des missions d'ATD.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent