A-t-il parlé de Benalla avec le président ? "Le moins possible" : la réponse de Collomb qui fait rire jaune les députés

A-t-il parlé de Benalla avec le président ? "Le moins possible" : la réponse de Collomb qui fait rire jaune les députés
Politique

HUMOUR INVOLONTAIRE - Le patron de la place Beauvau a fait sourire journalistes et députés, lundi 23 juillet, en expliquant à quelle intensité il avait évoqué l'affaire Benalla avec Emmanuel Macron, devant la commission d'enquête parlementaire.

Ce fut un des (rares) moments où les députés membres de la commission d'enquête parlementaire ont fendu l'armure et n'ont pu réprimer leurs rires. Questionné, lundi 23 juillet, par le député LR des Alpes Maritimes Eric Ciotti sur les conversations qu'il a eues au sujet de l'affaire Benalla, ce collaborateur de l'Elysée filmé en train de commettre des violences le 1er mai, le patron de Beauvau s'est montré assez évasif sur le sujet. 

"Est-ce que j'ai rencontré le président de la République ? Oui, je l'ai rencontré ce week-end. Avons-nous parlé des faits ? Le moins possible." De quoi susciter quelques rires parmi les journalistes et des exclamations chez les députés, pas convaincus qu'une affaire avec un tel retentissement occupe "le moins possible" une conversation entre un président et un ministre en première ligne sur le sujet. Une réaction qui agace visiblement Gérard Collomb, qui assure, juste après : "La discussion est simple : la vérité, rien que la vérité. Les faits, rien que les faits."

Macron "préoccupé par la réforme constitutionnelle"

Et d'enchaîner : "Le président de la République était plus préoccupé de l'avancement de la réforme constitutionnelle." Nouveaux rires dans la salle. Et pour cause. Les discussions de la réforme constitutionnelle sont celles que l'affaire Benalla a interrompu depuis sa révélation, mercredi 18 juillet, au point que le président de l'Assemblée nationale et la ministre de la Justice ont annoncé la suspension des débats jusqu'à ce lundi, 16h... avant que Christophe Castaner n'en annonce le report à la rentrée, soit en septembre.

Evidemment, la réponse involontairement drôle du ministre n'a pas laissé indifférents les utilisateurs de Twitter

Toute l'info sur

Benalla, l'affaire sans fin

Suivez les dernières révélations sur l'affaire Benalla, première grosse secousse du quinquennat.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent