Abandon de la déchéance de nationalité : "C'est la faute du chef de l'État"

Politique
DirectLCI
François Hollande a annoncé ce mercredi son intention de clore le débat sur la réforme constitutionnelle, et donc d'abandonner le projet de déchéance de nationalité. Il a en partie mis les raisons de cet échec sur le dos de l'opposition. Pierre-Yves Bournazel, conseiller régional les Républicains, retourne l'accusation sur le président qui a "changé d'avis entre le congrès de Versailles et le texte qu'il a ensuite fait présenter devant l'Assemblée nationale".

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter