Accord sur la Grèce : pour Woerth, il faut dire merci à... Sarkozy

Accord sur la Grèce : pour Woerth, il faut dire merci à... Sarkozy

DirectLCI
GREXIT - L'ancien ministre du Budget a estimé ce lundi que Nicolas Sarkozy a, lui aussi, sa part de responsabilité dans la sortie de crise en Grèce. Des propos qui font sourire sur Twitter.

Une sortie de crise aurait-elle été trouvée sans Nicolas Sarkozy ? Eric Woerth en doute. Invité ce lundi matin sur BFMTV, l’ancien ministre du Budget a sa petite idée sur la question, estimant que l’appel de l’ancien chef de l’Etat à l’attention de François Hollande, dimanche, a pesé dans la balance.

"Il y a eu un double jeu du président français pendant longtemps, copain copain avec Tsipras et en même temps copain copain avec la chancelière allemande. Je souhaite que le couple franco-allemand fonctionne à fond", a estimé l’ancien ministre. Avant de dérouler son argumentaire : "Visiblement, semble-t-il, l’appel de Nicolas Sarkozy n’est pas resté lettre morte. C’est-à-dire qu’il y a bien aujourd’hui des propositions allemandes qui vont, je l’espère, dans un sens acceptable pour les Grecs."

A LIRE AUSSI >> Plan d'aide à la Grèce : les points clés d'un accord à l'arraché

"Il souhaitait un compromis, c’est ce que nous allons avoir"

Nicolas Sarkozy, sauveur de la Grèce ? Eric Woerth l’évoque à demi mots : "Tous les appels sont importants. Un ancien président de la République française est important. Il souhaitait un compromis, c’est ce que nous allons avoir." Même refrain chez certains de ses collègues au sein des Républicains. A l’image de leur porte-parole, Sébastien Huyghe, selon qui "la France a joué un peu cavalier seul, ce qui a un peu posé problème. Et d'ailleurs c'est pour ça que Nicolas Sarkozy, hier, est un peu monté au créneau pour rappeler que le couple franco-allemand était le moteur de l'Europe et qu'il devait se remettre à fonctionner."

Des propos dithyrambiques qui font sourire sur Twitter, où le hashtag #TweetcommeWoerth attribue à Nicolas Sarkozy le mérite de tout... et n’importe quoi.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter