Non, Christian Estrosi, les Régions ne vont rien payer pour l'accueil des migrants

Non, Christian Estrosi, les Régions ne vont rien payer pour l'accueil des migrants
Politique

Toute L'info sur

Le démantèlement de la "Jungle" de Calais

FAUX - Dans une lettre adressée au Premier ministre, Christian Estrosi demande des précisions concernant la création des 12.000 places d'hébergement pour les migrants de Calais et affirme pour légitimer sa démarche, que le financement de ce projet revient aux "élus locaux".

Alors que le ministère de l’Intérieur a validé la création de 12.000 places d’hébergement dans des centres d'accueil et d'orientation (CAO) répartis partout en France, pour démenteler la "Jungle" de Calais, Christian Estrosi lui, y est opposé. 

Selon Le Figaro pourtant, la région PACA dont est président Monsieur Estrosi a accueilli jusque là, "226 migrants" et ne serait chargée que de créer "949 places supplémentaires" d'ici la fin de l'année. Au total, ce sont "1175 migrants" qui devraient trouver refuge en région PACA où vivent environ 5 millions de personnes, dans un périmètre de 31 400 km2. C’est dire si ce millier de nouveaux venus devrait passer inaperçu.  

Je refuse que l’on crée au cœur de nos territoires autant de micro "Jungles" de Calais. - Christian Estrosi

Mais dans une lettre adressée à Matignon et publiée sur Twitter ce mardi, l’ancien maire de Nice parle au nom des "Français" et témoigne de "l’exaspération des riverains qui pour certains, sont quotidiennement (rien que ça, ndlr) confrontés à des dégradations de leur espace de vie" à cause des migrants.  

Seul l'Etat finance l'hébergement des migrants de Calais

Pire, l’élu régional estime que "les élus locaux, notamment des communes rurales, ne peuvent pas assumer seuls cette décision aux conséquences financières très lourdes". Il poursuit : "On a le sentiment qu'une fois de plus, on abandonne nos élus locaux, et nos maires en particulier, les laissant seuls face à cette pression migratoire".

Or comme le précisait la sous-préfète de l'arrondissement de Saint-Nazaire en réponse au maire de Saint-Brévin-les-Pins, qui redoutait lui aussi d’accueillir des réfugiés dans sa commune, la responsabilité de ces personnes n’est pas confiée aux élus locaux, mais assurée par l’Etat avec les moyens de l’Etat. Plus précisément, le financement de cet hébergement ne revient pas aux municipalités, mais à l'Etat. 

En sa qualité de président de la région PACA, Christian Estrosi "demande donc au gouvernement d’indiquer rapidement et précisément ses intentions (objectifs, calendrier, méthode)" et "refuse que l’on crée au cœur de nos territoires autant de micro 'Jungles' de Calais".  

Lire aussi

    Sur le même sujet

    Et aussi

    Lire et commenter

    Alertes

    Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent