Accusé de viol, Gérald Darmanin assure être "tranquille comme Baptiste"

Accusé de viol, Gérald Darmanin assure être "tranquille comme Baptiste"
Politique

GOUVERNEMENT - Dans un entretien paru ce samedi dans La Voix du Nord, le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin, visé par une enquête pour viol et dont la nomination à Beauvau fait l'objet de manifestations et tribunes, assure être "tranquille comme Baptiste".

Sa nomination continue de susciter l'indignation des féministes. Mais dans une interview à La Voix du Nord parue ce samedi 18 juillet, le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin, visé par une enquête pour viol, déclare être "tranquille comme Baptiste". 

"Je suis à la disposition totale de tous les magistrats de France. Je suis tranquille comme Baptiste", assure-t-il, en référence au personnage bouc émissaire subissant les coups avec flegme. "Je ne veux pas faire pleurer dans les chaumières. Mais il faut quand même mesurer ce que c’est que d’être accusé à tort, de devoir expliquer à ses parents ce qu’il s’est passé parce que, c’est vrai, j’ai eu une vie de jeune homme. Les réseaux sociaux sont un tribunal en direct avec peu de droits de la défense. C’est extrêmement violent", ajoute le premier flic de France

Lire aussi

Des doutes sur l'indépendance de l'enquête

"Trois décisions de justice m’ont été favorables. Pour des raisons de pure forme, il y a eu appel et il y aura sans doute une quatrième décision. On peut quand même demander une modération dans les propos surtout quand il s’agit de l’honneur de quelqu’un", continue celui qui assure que l'enquête à son sujet sera menée en toute indépendance. "Le dossier est entre les mains de la justice, en toute indépendance. J’ai fait une lettre de déport pour tout ce qui me concerne. Tout le monde sait ici que moi-même et mon cabinet ne doivent pas être informés de sujets qui me concernent. Ce que n’ont fait aucun ministre de l’Intérieur. Je suis à la disposition totale de tous les magistrats de France."

Vendredi soir, Jean Castex avait de nouveau défendu son ministre. Sur France 2, il a répété que "le principe de la présomption d'innocence s'applique à tous les citoyens". "Je respecte toutes les opinions, je comprends tous les émois. C'est un sujet qui me touche beaucoup. (...) Faites confiance à la justice dans cette affaire comme dans les autres", a-t-il déclaré.

Gérald Darmanin a été accusé en 2017 de viol par Sophie Patterson-Spatz, qui l'avait sollicité en 2009, lorsqu'il était chargé de mission au service des affaires juridiques de l'UMP (parti devenu LR), pour tenter de faire annuler sa condamnation de 2004 pour chantage et appels malveillants à l'égard d'un ex-compagnon. Selon ses déclarations, Gérald Darmanin lui aurait fait miroiter son appui et elle se serait sentie contrainte de "passer à la casserole", ainsi qu'elle l'a expliqué aux enquêteurs. L'actuel ministre de l'Intérieur a reconnu avoir eu une relation sexuelle avec cette femme, mais selon lui, librement consentie.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent