Adoption contestée d'un amendement à la loi bioéthique : "aucun doute" sur ce vote, assure l'entourage de Richard Ferrand

Politique

Toute L'info sur

L’affaire Richard Ferrand

ASSEMBLEE NATIONALE - L'adoption d'un amendement à la loi bioéthique, mercredi soir, a suscité la colère des élus LR et un tollé sur les réseaux sociaux. La séquence de LCP montre des députés qui semblent voter majoritairement contre le texte sur le "projet parental". Selon la présidence, les images ne reflètent pas la réalité du vote.

Que s'est-il passé mercredi soir, lors des discussions sur le projet de loi bioéthique à l'Assemblée nationale ? L'adoption de l'amendement 2123 porté par le député LaREM Raphaël Gérard et consacrant la notion de "projet parental" en amont d'une PMA a suscité l'ire des députés LR, avait de créer un tollé sur les réseaux sociaux.

Dans la séquence capturée par LCP, on voit le président de l'Assemblée nationale Richard Ferrand mettre aux voix l'amendement en question, qui est soutenu par le gouvernement. "Qui est pour ? Qui est contre ?" A l'image, les opposants au texte, parmi lesquels figurent aussi des députés LaREM, semblent plus nombreux. Pourtant, dans la foulée, Richard Ferrand annonce que l'amendement est adopté. 

Parmi les élus LR, dont Xavier Breton, la réaction est immédiate : on accuse Richard Ferrand de n'avoir pas tenu compte de la réalité du vote. "Scandaleux", dénonce son collègue Thierry Bazin. "Le président de séance annonce l'adoption d'un amendement sans lever la tête alors que la majorité de l'hémicycle s'y est opposé." L'opposition réclame un nouveau vote selon la méthode du "assis-debout", mais essuie un refus du président de l'Assemblée. "Le vote a été constaté et proclamé. Il est donc acquis", clôt Richard Ferrand,  comme cela est relaté dans le script des débats

La polémique prend rapidement de l'ampleur via les réseaux sociaux, où l'on accuse la majorité de nier le vote de l'opposition, notamment chez les opposants à l'extension de la PMA. Selon LCP, la vidéo, virale, a été visionnée 750.000 fois sur Twitter. 

"Pas de doute" sur ce vote

Près de deux jours après, la polémique non éteinte suscite une réponse de la présidence. Celle-ci reste sur sa ligne initiale. "A aucun moment le président de l'Assemblée nationale n'a eu de doute, et il n'en a toujours pas sur ce vote", a indiqué vendredi à LCI l'entourage de Richard Ferrand. "C'est pour cette raison que le recomptage n'a pas eu lieu."

Pour expliquer cet écart de perception, ce dernier explique que les images n'ont pas donné la mesure réelle du vote. "Le perchoir est l'endroit de l'hémicycle où la vision périphérique est la meilleure. Sur les bancs, il y a des angles morts qui empêchent une appréciation correcte des votes", nous assure-t-on. "Derrière le perchoir, il y a le plateau. Les fonctionnaires qui s'y trouvent ont un rôle de conseil. En cas de doute, ils se manifestent et peuvent proposer une autre solution. Cela n'a pas été le cas." La présidence assure également que le vote sur cet amendement n'était pas "serré", ce qui excluait un nouveau vote par voie électronique.

Enfin, indique l'entourage de Richard Ferrand, l'opposition peut envisager, si elle conteste la régularité du vote, de demander un nouveau vote de l'article en question "avant le commencement des explications de vote". 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter