Affaire Benalla : "Il n'y a rien à craindre de l'audition que le Sénat va organiser", estime François Bayrou

Affaire Benalla : "Il n'y a rien à craindre de l'audition que le Sénat va organiser", estime François Bayrou
Politique

Toute L'info sur

Benalla, l'affaire sans fin

AFFAIRE BENALLA - François Bayrou appelle à "relativiser" l'affaire Alexandra Benalla. Invité du 20 Heures de TF1, le président du MoDem estime qu'il n'y a "rien à craindre" de l'audition de l'ancien chargé de mission à l'Elysée par le Sénat.

L'audition de la commission d’enquête sénatoriale d'Alexandre Benalla fait rugir l'exécutif. Ce mercredi, l'ancien chargé de mission de l'Elysée, mis en examen notamment pour "violences en réunion" en marge des défilés du 1er-Mai à Paris, se rendra à son audition à 8h30 devant la commission d'enquête du Sénat. La Garde des Sceaux, Nicole Belloubet, accuse la commission d'enquête de ne pas respecter la séparation des pouvoirs, tandis que le secrétaire d'Etat Christophe Castaner dénonce une volonté de destituer le président Emmanuel Macron. 

François Bayrou, qui avait apporté son soutien à Emmanuel Macron au cours de la dernière élection présidentielle, assure qu'il n'y a "rien à craindre de l'audition du Sénat". Invité dans le JT de 20H ce dimanche, le président du MoDem a déclaré : "Le rôle du Président est extrêmement clair, inscrit dans la Constitution. Le Président assure par son arbitrage le fonctionnement régulier des pouvoirs publics. Il est le garant d'une démocratie nouvelle. Il est normal que le Parlement joue son rôle. Il ne faut pas qu'il sorte de ce rôle et essaie d'instrumentaliser."

Le leader centriste rappelle qu'"il y a eu plusieurs auditions des collaborateurs du président de la République au Sénat".  Au sujet des actes commis par Alexandre Benalla, "un homme jeune" qui "s'est colleté avec des manifestants", il ajoute : "C'est naturellement répréhensible, mais ce n'est pas un crime contre l'humanité. Il faut relativiser et rééquilibrer."

Lire aussi

Christophe Castaner s'en prend violemment aux sénateurs

Vendredi dernier, le secrétaire d'Etat aux Relations avec le Parlement Christophe Castaner, avait mis en garde la commission d'enquête du Sénat. "Il y a aujourd'hui - et c'était le sens de l'échange entre le président du Sénat et le président de la République - certaines personnes qui confondent la mission du Parlement qui est de contrôler le gouvernement, avec une mission, que le Parlement s'auto-attribuerait - de contrôler l'exécutif et la présidence de la République", a-t-il dénoncé.

En vidéo

Affaire Benalla : Christophe Castaner réagit à la tenue de l'audition d'Alexandre Benalla

Après avoir indiqué dans un premier temps par l’intermédiaire de son avocat, Me Liénard, qu’il ne se rendrait à cette convocation, Alexandre Benalla a finalement changé d’avis, se disant "contraint" de s’y rendre. Ce qui ne l’empêche pas de chercher à contester la légalité de cette convocation. "Je suis en train de prendre des renseignements pour voir quels sont les recours possibles et quelles sont les contestations que nous pourrions faire contre cette commission", affirmait vendredi sur BFMTV son avocat.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent