"Il faut savoir ce qu'il faisait à l'Elysée" : le Sénat pourrait bientôt convoquer Alexandre Benalla

"Il faut savoir ce qu'il faisait à l'Elysée" : le Sénat pourrait bientôt convoquer Alexandre Benalla

POLITIQUE - Jeudi matin sur LCI Philippe Bas, sénateur LR de la Manche, a confirmé qu'Alexandre Benalla pourrait être rapidement convoqué par le Sénat dans le cadre de la commission d'enquête. Le président de la commission des lois remet en cause la thèse selon laquelle l'ancien chargé de mission ne gérait plus la sécurité du Président après sa sanction en mai dernier.

Le Sénat va-t-il convoquer Alexandre Benalla, l'ancien chargé de mission d'Emmanuel Macron au cœur de l'enquête qui a éclaté cet été ? "Nous allons examiner la question", a indiqué Philippe Bas, le président de la commission des lois, jeudi matin sur LCI. "Nous prendrons une décision dans les prochains jours." 

Alors que l'ancien garde du corps d'Emmanuel Macron a manifesté lui-même d'être entendu par la commission d'enquête sénatoriale, l'élu LR de la Manche rappelle les précautions qui s'imposent, à savoir ne pas interférer dans l'enquête judiciaire en cours. "Il faut faire attention à ne pas faire témoigner des personnes contre elles-mêmes, et à ne pas poser une question touchant à l'enquête judiciaire."

Toute l'info sur

Benalla, l'affaire sans fin

Lire aussi

La commission d'enquête va reprendre ses travaux la semaine prochaine. Si la convocation d'Alexandre Benalla est envisagée, c'est parce que les sénateurs sont loin d'être convaincus par l'argumentaire du sommet de l'Etat, selon lequel l'ancien chargé de mission ne s'est plus occupé de la sécurité du Président après sa sanction au mois de mai dernier. 

Nous ne sommes pas dupes d'une certaine présentation des choses- Philippe Bas sur LCI

"Nous ne pouvons prendre pour argent comptant la réponse officielle," indiquait Philippe Bas dans une interview au Figaro, ce jeudi. "Nous ne sommes pas dupes d'une certaine présentation des choses", a répété le sénateur sur LCI. "Vous prenez quelqu'un dont la formation était la sécurité, qui avait été garde du corps et vous dites qu'il avait certes un permis de port d'arme, mais qu'il n'était pas garde du corps. Vous vous posez des questions..." Difficile, pour la commission d'enquête, de croire que Benalla était un simple "employé administratif". 

La fiche de poste en question

Dans la même veine, le président de la commission d'enquête explique sur LCI avoir réclamé en vain la fiche de poste et la feuille de paye d'Alexandre Benalla. "Je m'en plains... Il faut savoir ce qu'il faisait à l'Elysée", martèle le sénateur, qui réitère sa demande, tout en reconnaissant que l'Elysée a déjà fourni "beaucoup de documents". "Je ne veux pas dire ici qu'on nous empêche de travailler", concède-t-il. 

"Dans la sanction infligée [en mai] à Alexandre Benalla, ce qui me frappe, ce n'est pas la sanction, mais la confiance maintenue, qui n'a cessé que lorsque les médias se sont emparés de l'affaire", rappelle Philippe Bas. Autant d'interrogations qui justifient, selon lui, le prolongement des auditions devant cette commission mise sur pied durant l'été. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid : les décès et les admissions en réanimation en hausse

EN DIRECT - Affaire des "écoutes" : cette condamnation ne "correspond pas à la vérité", tacle Me Temime, l'avocat de Thierry Herzog

VIDEO - Golden Globes : Chadwick Boseman sacré meilleur acteur, sa veuve livre un émouvant discours

Covid-19 : Moselle, Haute-Garonne, Nice... Les mesures de restrictions locales se multiplient

Son enfance en Algérie, son grand amour partagé : Marthe Villalonga ouvre ses jardins secrets

Lire et commenter