VIDÉO - Alexandre Benalla, "un gros malin" : la réaction des sénateurs qui l'ont auditionné

VIDÉO - Alexandre Benalla, "un gros malin" : la réaction des sénateurs qui l'ont auditionné

RÉACTIONS - L'ex-chargé de mission de l'Elysée, accusé d'avoir molesté des manifestants, a été entendu ce mercredi par la commission des Lois du Sénat, constituée en commission d'enquête. Ses réponses visant à justifier son port d'arme par des menaces le visant personnellement n'ont pas convaincu ses auditeurs, comme en témoignent ces quelques réactions recueillies au micro de LCI.

Presque 2h30. C'est la durée pendant laquelle Alexandre Benalla a été entendu  ce mercredi par la commission des Lois du Sénat, constituée en commission d'enquête sur des révélations qui ont déclenché au cœur de l'été la première crise d'ampleur du quinquennat. L'ex-chargé de mission de l'Elysée  a tenté tant bien que mal de se disculper devant les sénateurs, assurant qu'il n'était pas le garde du corps d'Emmanuel Macron. Mais ses explications visant à justifier son port d'arme par des menaces le visant personnellement n'ont semble-t-il pas convaincu les sénateurs qui l'ont auditionné. "Personne n'y croit mais essayons de faire semblant", a notamment lancé la sénatrice Esther Benbassa au micro de LCI. "Est-ce qu'il a protégé le Président ? Il dit qu'il a porté une arme que pour sa propre sécurité donc on ne le saura jamais." Pour le sénateur de Paris, Pierre Charon, lui aussi "resté sur sa faim", Alexandre Benalla "est un peu comme Monsieur Jourdain dans la pièce célèbre de Molière, c'est-à-dire qu'il faisait de la sécurité rapprochée sans le savoir."

Qualifiant l'ancien collaborateur de l'Elysée de "gros malin", le sénateur du Nord (Hauts-de-France) Patrick Kanner a également le sentiment d'avoir été baladé. "Il nous a pris pour des bonnets", a-t-il estimé avant d'ajouter : "On est un certain nombre à savoir que nous ne sommes pas des bonnets." 

Toute l'info sur

Benalla, l'affaire sans fin

Lire aussi

En tout premier lieu, Alexandre Benalla avait tenté d'amadouer les sénateurs et Philippe Bas qu'il avait qualifié la semaine dernière de "petit marquis", en leur présentant  ses excuses. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Variant "Omicron" : "S'il y a un cas en Belgique, il y en a déjà en France"

REVIVEZ - "Danse avec les stars" la finale : c'est Tayc qui l'emporte face à Bilal Hassani !

EN DIRECT - Covid-19 : la campagne pour la dose de rappel débute ce samedi

VIDÉO - "Vous ne pourrez pas revenir" : le désarroi des voyageurs pris de court par l'arrêt des liaisons Maroc-France

Covid-19 : bars, trains, métro... les principaux lieux de contamination identifiés par une nouvelle étude

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.