Affaire Denis Baupin : pour sa femme, Emmanuelle Cosse, "il faut que ce soit réglé devant la justice"

Affaire Denis Baupin : pour sa femme, Emmanuelle Cosse, "il faut que ce soit réglé devant la justice"

AFFAIRE - La ministre du Logement et épouse de Denis Baupin, accusé de harcèlement sexuel, était ce mardi matin sur France Info. Elle dit avoir appris lundi les accusations et appelle à freiner l'emballement médiatique pour des faits qui doivent, selon elle, se régler devant la justice".

"J'ai été très touchée en tant que femme, en tant que compagne, en tant que mère et tant que ministre. J'ai appris comme vous hier ces accusations de harcèlement. Là-dessus, il n'y a pas à transiger : si ces faits sont avérés, il faut que ce soit réglé devant la justice. Et si ces faits ne sont pas avérés, il faut aussi que ce soit réglé devant la justice." Elle reste digne, et refuse de céder à l'emballement médiatique lancé depuis lundi.

A LIRE AUSSI >>  Denis Baupin accusé d'agressions sexuelles : a-t-on cherché à étouffer l'affaire ?

Après les accusations de harcèlement sexuel dont fait l'objet son mari le député Denis Baupin, la ministre du Logement était l'invitée de France Info ce mardi . Reconnaissant avoir été touchée par les révélations et le grand déballage qui a suivi, elle a insisté sur le fait que "les faits sont d'une telle gravité qu'ils doivent se résoudre en justice."

"J'ai confiance en mon conjoint, oui. Je n'ai pas de trouble"

"Les faits sont suffisamment graves", a-t-elle répété. "Denis Baupin qui est par ailleurs mon conjoint a fait le choix de se défendre en justice. Les faits sont d'une telle gravité, qu'ils doivent se résoudre en justice." La ministre rappelle avoir été secrétaire nationale des Verts pendant deux ans, à l'époque des faits, et n'avoir "été saisie à aucun moment" : "Je veux rappeler des choses très simples. Quand des faits aussi graves sont avérés, toute personne doit les transmettre à la justice." Quant aux accusations formulées hier d'avoir couvert ou refusé d'entendre les accusations contre son mari, elle les balaie d'une main : "Je ne transige pas sur ce sujet et ne suis pas là pour commenter les vociférations de certains personnes", a-t-elle rappelé, indiquant qu'une adresse mail avait été mise en place pour dénoncer ces comportements, qu'un groupe de travail avait été missionné, mais il n'y a eu "aucun signalement".

A LIRE AUSSI >>  Denis Baupin : le parquet ouvre une enquête préliminaire après les accusations d'agressions sexuelles 

"Je le redis très clairement, je ne veux pas qu'on dévie du sujet. Hier, une personne a été mise en cause sur des faits très graves. Il y a la présomption d'innocence, il est important que la justice soit là, il est très important que le débat se fasse devant un juge." S'est-elle interrogée sur le fait que ces accusations sortent maintenant ? Non, dit-elle. "Je suis une femme qui peut être touchée par ce qu'il se passe, mais je suis aussi ministre du Logement. Je vais poursuivre mon engagement politique dans la même droiture que ce qui m'a toujours animé. Je fais la part des choses entre ce qui peut concerner mon conjoint et moi." Et si elle reconnaît qu'il faut lever l'omerta en matière d'agressions sexuelles, comme Libération l'a rappelé dans une tribune ce mardi , la ministre rappelle aussi "qu'en matière de violences, il faut un droit qui permette aux victimes de se défendre" : "Je vois le mouvement médiatique qui a lieu aujourd'hui. Je suis intransigeante sur ces sujets. Ce débat doit avoir lieu devant la justice. Quand des faits sont aussi graves, je suis désolée de vous le dire, ce n'est pas dans les médias qu'ils doivent se régler, c'est devant la justice."

La ministre, qui a appris les faits lundi, confie : "J'ai confiance en mon conjoint, oui. Je n'ai pas de trouble." Interrogée sur son sentiment sur ce "grand déballage", elle reconnaît : "Ce à quoi quoi je ne m'attendais pas, c'est cet emballement médiatique où une personne ne peut répondre. Il faut prendre son temps, et ce temps long, c'est celui de la justice."

EN SAVOIR + >>  Denis Baupin, vice-président de l'Assemblée, accusé d'agressions sexuelles par des élues
>> Qui est Denis Baupin, le député accusé de harcèlement sexuel par des élues ?

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : 25 contaminations au variant Omicron désormais confirmées en France

Un vaccin qui "n'empêche pas la transmission", est-ce vraiment "du jamais-vu depuis Pasteur" ?

Télétravail, vaccination des enfants... Ce qui pourrait être annoncé à l'issue du Conseil de défense lundi

Covid-19 - Nouvelles restrictions sanitaires : comment ça se passe chez nos voisins européens ?

Présidentielle 2022 : que retenir du premier meeting de campagne d'Éric Zemmour ?

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.