Affaire des attachés parlementaires : perquisition en cours au siège du MoDem

François Bayrou.
Politique

ENQUÊTE - Le siège du MoDem à Paris fait l'objet ce mercredi d'une perquisition dans le cadre de l'enquête sur les assistants parlementaires européens.

Une perquisition était en cours ce mercredi 18 octobre au siège du MoDem, le parti présidé par François Bayrou, à Paris. Selon une source proche de l'enquête contactée par l'AFP, cette opération entre dans le cadre de l'enquête sur des soupçons d'emplois fictifs d'assistants parlementaires européens de la formation politique. 

À l'origine de l'affaire, l'élue européenne FN Sophie Montel, qui avait dénoncé les faits en donnant une liste de noms. Le 9 juin dernier, une enquête préliminaire avait été ouverte par le parquet de Paris après le signalement d'un ancien collaborateur du Mouvement Démocrate, qui avait envoyé six élus au Parlement de Strasbourg entre 2009 et 2014. A la suite de l'ouverture de l'enquête, François Bayrou, président du MoDem, et Marielle de Sarnez avaient quitté le gouvernement.

En vidéo

Perquisition au MoDem : "Je ne sais pas très bien ce qu'il y a à perquisitionner" déclare Bennahmias

Lire aussi

Sur le plateau de LCI ce mercredi, Jean-Luc Bennahmias s'est exprimé sur cette enquête. "J'ai été entendu, j'ai été témoin par la police judiciaire en juillet. Ma version à moi, la police judiciaire l'a et pour l'instant je n'ai aucune suite par rapport à tout cela, j'attends de voir. Je suis le seul homme politique, me semble-t-il, à avoir été entendu dans cette affaire. (...) Je suis assez serein par rapport à tout cela, je ne sais pas très bien ce qu'il y a à perquisitionner", a ainsi déclaré l'ancien eurodéputé.

Dans cette affaire, il s'agit de la toute première perquisition. Le but des enquêteurs : trouver des contrats d’embauche, des fiches de paie ou des emails en lien avec les faits reprochés. La justice tente notamment de déterminer si le MoDem a utilisé des fonds européens pour financer des contrats au sein du parti, et non pour les seuls postes d'assistants parlementaires. L'enquête porterait sur une vingtaine de contrats d'assistants parlementaires. L'avocat de François Bayrou, contacté par LCI, indique avoir appris l'existence de cette perquisition par la presse. Concernant la défense du président du parti, on assure dans son entourage que "tout est en règle", et qu'il se montre "serein par rapport aux suites".

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter