Affaire du Carlton : DSK est-il toujours un homme politique ?

Affaire du Carlton : DSK est-il toujours un homme politique ?
Politique
DirectLCI
POLITIQUE - A la veille de l’ouverture du procès du Carlton de Lille, où DSK comparait pour "proxénétisme aggravé”, l’ancien directeur du FMI bénéficie, selon un sondage Odoxa, d’une certaine bienveillance de la part des Français. Etonnant ?

DSK est-il encore "un animal politique" ? A la veille de l’ouverture du procès du Carlton de Lille où l’ancien directeur du FMI comparait, avec 13 autres personnes, pour "proxénétisme aggravé”, la question peut paraître saugrenue. En tous les cas, un sondage Odoxa pour Le Parisien-Aujourd'hu apporte un bout de réponse : pour 18% des Français, Dominique Strauss-Kahn est d'abord un homme politique. Une caractéristique qui arrive loin derrière "expert économique" (44%) ou "personnage de faits divers" (37%). 

LIRE AUSSI >> Tous nos article sur le procès du Carlton de Lille

La jurisprudence Juppé

Mais, et les choses deviennent plus étonnantes, l'ancien ministre de Lionel Jospin semble loin d'être enterré, politiquement parlant. En effet, toujours selon la même étude, 44% des Français souhaitent son retour en politique. Signe encourageant pour lui si l'hypothèse d'un retour se profile un jour : des exemples d’hommes politiques condamnés par la justice puis revenus dans le jeu politique existent bel et bien. Citons Alain Juppé, condamné en 2004 dans l’affaire des emplois fictifs de la mairie de Paris, parti en exil quelques temps au Québec et revenu progressivement dans la vie politique au point de devenir, dix ans plus tard, lancé dans la course à l'Elysée,  l’homme politique préféré , à droite, des Français, devant Nicolas Sarkozy.

"La politique française est derrière moi"

Contacté par metronews, l’entourage de l’ancien chef du FMI oscille entre silence et gêne, et se montre très réticent à s’exprimer sur le DSK actuel, assis, à 65 ans, sur le banc des accusés dans la sordide affaire du Carlton. "Je n’ai rien à dire", expliquera sèchement l’un d’entre-eux par le biais d’une collaboratrice. "Je n’ai pas à m’exprimer sur ce sujet, ni sur le fond ni sur la forme", ajoutera un autre. Un dernier se montre moins expéditif : "Attendons le verdict (...) tous ceux qui pensaient qu’on pouvait être mort en politique suite à un procès se sont trompés." Jurisprudence Juppé toujours...

EN SAVOIR + >> Que savait Sarkozy des activités de DSK ?

Et le principal intéressé dans tout ça ? Après recherches, sa dernière déclaration sur son avenir politique remonte au mois de juillet 2013. "La politique française est derrière moi", avait déclaré DSK sur CNN , ajoutant qu'il n'avait plus d'ambition pour le pays. Des propos qui, en politique, sont loin d'être toujours définitifs - un certain Nicolas Sarkozy peut en témoigner. En tout cas, visiblement, les Français, eux, n'en ont cure : derniers enseignements de l'étude Odoxa pour Le Parisien, près de 79% d’entre-eux pensent qu'il aurait fait un meilleur Président que François Hollande et 59% estiment même que la situation économique et sociale aurait été meilleure sous sa direction qu'elle ne l'est aujourd'hui.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter