Affaire du "financement libyen" : Claude Guéant mis en examen

Claude Guéant, le 5 décembre 2018.

JUSTICE - L'ancien ministre de l'Intérieur de Nicolas Sarkozy a été mis en examen pour "association de malfaiteurs" jeudi dans l'enquête sur le présumé financement libyen de la campagne de 2007. L'ancien président de la République avait été mis en examen du même chef le 16 octobre dernier.

Il avait été convoqué mercredi pour un nouvel interrogatoire. À l'issue de son audition par les juges chargés de l'enquête sur le "financement libyen", Claude Guéant a été mis en examen pour "association de malfaiteurs", a annoncé le parquet national financier jeudi. 

Cette nouvelle charge retenue contre l'ancien ministre de l'Intérieur était attendue, depuis la mise en examen, du même chef, de Nicolas Sarkozy le 16 octobre dernier, au terme d'un long interrogatoire.

Toute l'info sur

Affaire libyenne : Sarkozy mis en examen

Lire aussi

Questions autour d'un versement en cash

Certaines charges à son encontre étaient portées par l'homme d'affaires franco-libanais Ziad Takieddine, lequel, dans une volte-face retentissante le 11 novembre, a retiré ses accusations contre l'ancien président, au cœur de l'enquête menée depuis 2013. Dans Paris Match, l'homme d'affaires a toutefois maintenu avoir remis des fonds à Claude Guéant, soit 5 millions d'euros en cash en 2005 au domicile de Ziad Takieddine, destinés à un contrat de formation de personnels libyens.

Claude Guéant a démenti "de façon catégorique" ces déclarations faites depuis Beyrouth par l'homme d'affaires, qui a pris la fuite juste avant sa condamnation en juin en France à cinq ans de prison ferme dans le cadre de l'affaire Karachi.

Dans cette affaire, l'ancien secrétaire général de l'Élysée a été mis en examen une première fois en 2015 pour "blanchiment de fraude fiscale en bande organisée", pour un virement suspect de 500.000 euros arrivé en mars 2008 sur son compte. Une somme qu'il avait justifiée par la vente de deux tableaux flamands, sans avoir convaincu les enquêteurs qui soupçonnent que l'argent provient de fonds libyens, via des intermédiaires tels qu'Alexandre Djouhri, autre protagoniste du dossier.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : la France dépasse le seuil des 70.000 morts

Impôts : faites-vous partie des bénéficiaires de l'acompte versé ce vendredi ?

Vaccin Pfizer : les livraisons à l'UE vont être retardées de "trois à quatre semaines"

"Il va falloir encore tenir" : la réponse de Macron à Heidi, l'étudiante à bout qui l'a interpellé

Covid : quelle est la situation en Guadeloupe ?

Lire et commenter