Affaire Duhamel : Élisabeth Guigou renonce à la présidence d'une commission sur l'inceste

Elisabeth Guigou

VIOLENCES SEXUELLES - Nommée en décembre dernier à la tête d'une commission indépendante sur l'inceste, l'ancienne ministre Élisabeth Guigou a démissionné ce mercredi après avoir été citée parmi les proches d'Olivier Duhamel, accusé de viols incestueux.

"Le climat actuel ne me permet pas de conduire cette mission avec la sérénité nécessaire. J'ai donc pris la décision de passer le relais et de renoncer à présider cette commission" : c'est par ces mots qu'Élisabeth Guigou a annoncé sa décision à l'AFP ce mercredi. Nommée le 10 décembre dernier à la tête d'une commission indépendante sur l'inceste et les violences sexuelles faites aux enfants, l'ancienne garde des Sceaux renonce à ses fonctions après avoir été citée parmi les proches du politologue Olivier Duhamel, accusé de viols incestueux par sa belle-fille Camille Kouchner.

Dans sa déclaration écrite, elle affirme qu'elle "a ignoré toutes ces années les faits gravissimes dénoncés par Camille Kouchner dans son livre". Elle s'en était déjà défendu auprès de L'Obs la semaine dernière. "Nous côtoyons tous des victimes et des agresseurs sans le savoir. Je ne fais pas exception à la règle", avait-elle indiqué, assurant avoir "découvert cette histoire dans la presse".

"Je ne suis actrice ni de près ni de loin"

"Depuis les révélations courageuses de Camille Kouchner, une partie des commentateurs a cru nécessaire de me lier à cette affaire dont je ne suis actrice ni de près ni de loin", justifie Elisabeth Guigou. L'ancienne ministre, dont le nom n'est pas cité dans l'ouvrage, était une proche de la famille. Par trois fois, elle s'est rendue quelques jours dans la maison de vacances du couple formé par Olivier Duhamel et Evelyne Pisier, mère de Camille Kouchner et de son frère jumeau, prénommé "Victor" dans l'ouvrage. "Durant ces courts séjours, je n'ai été témoin d'aucun geste, ni comportement, ni images déplacés", écrit-elle, assurant qu'à "partir du milieu des années 2000", elle n'a plus rencontré Olivier Duhamel "qu'occasionnellement".

Dans un communiqué, le secrétaire d'Etat chargé de l'Enfance Adrien Taquet, auquel était rattachée cette commission, a indiqué prendre "acte de la démission d'Elisabeth Guigou", qui avait "accepté une mission difficile, impliquant un investissement fort". "Le gouvernement annoncera prochainement la composition de la commission ainsi que sa nouvelle présidence."

Des propos polémiques

Dans une vidéo publiée mardi 5 janvier par Loopsider, certains des propos d'Elisabeth Guigou avaient été dénoncés par les associations féministes et de défense des victimes de violences sexuelles. "On se demande toujours, ‘est-ce qu’on n'aurait pas dû voir davantage ?’ Mais c’est inimaginable dans une famille apparemment heureuse, avec des enfants gais, et puis parce que soi-même on ne peut pas imaginer dans sa propre famille ce genre de choses", déclarait-elle.

Lire aussi

La commission sur l'inceste et les violences sexuelles subies pendant l'enfance avait été mise en place il y a un mois. Ses travaux, destinés à mieux comprendre et agir contre ce fléau, devaient démarrer dans quelques semaines. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Masques en tissu à éviter, 2 m de distanciation... Les nouvelles recommandations face aux variants du Covid-19

Investiture de Joe Biden : le FBI craint une menace venant de la Garde nationale

EN DIRECT - Covid-19 : l'épidémie a fait chuter l'espérance de vie en France de plusieurs mois

Au crépuscule de son mandat, Donald Trump s’apprête à accorder 100 grâces présidentielles

Donald Trump quitte la Maison-Blanche avec un record d'impopularité

Lire et commenter