Affaire Kadhafi : "Chaque fois que Sarkozy est mis en cause, son innocence est démontrée", lance Hortefeux

BRAS DROIT - Eurodéputé et conseiller politique de Nicolas Sarkozy, Brice Hortefeux était l'invité politique d'Audrey Crespo-Mara, ce mercredi 28 septembre. Il est revenu sur l'affaire de financement de la campagne de 2007 par Kadhafi.

Selon "Mediapart", des sommes versées à Nicolas Sarkozy pour financer sa campagne présidentielle 2007 figureraient dans un carnet appartenant à feu Choukri Ghanem, ex-chef du gouvernement et ministre du pétrole de la Libye, mort en 2012. Invité d'Audrey Crespo-Mara, ce mercredi 28 septembre, Brice Hortefeux est revenu sur cette affaire, commençant par un ironique "Vous ne pensez pas que Nicolas Sarkozy a quelque chose à voir" dans la mort de Ghanem.


Puis Brice Hortefeux tente ensuite de démontrer pourquoi Nicolas Sarkozy sera, encore, innocenté : "A chaque fois que Nicolas Sarkozy est mis en cause, son innocence est démontrée", assure-t-il, ajoutant même : "Les mêmes causes produiront les mêmes effets". CQFD.

"Sarkozy gène, donc on cherche à l'empêcher"

Interrogé de la même façon au sujet de la garde à vue de l'ancien patron de DCRI Bernard Squarcini et Christian Flaesch, ancien patron de la PJ, convoqués par le parquet de Paris dans le cadre d'une enquête pour trafic d'influence. A l'époque des faits, Brice Hortefeux était ministre de l'Intérieur. Sur le plateau de LCI, il se justifie : "J'ai eu l'occasion de travailler avec eux. Ce sont de hauts responsables, compétents et efficaces. Je n'ai pas de commentaire à faire sur une instruction en cours."


Pourtant, Hortefeux commente : "Nicolas Sarkozy marque, innove, se dépense sans compter et donc il gène. [...] Par sa personnalité, par la manière dont il imprime le débat, Nicolas Sarkozy gène, donc il est logique qu'on cherche à l'empêcher".

"L'orgueil en colère est mauvais conseiller"

Une autre affaire vient perturber la campagne de Nicolas Sarkozy : le livre de son ancien conseiller Patrick Buisson. Pour Brice Hortefeux, fervent défenseur de l'ex-président, "le livre de Buisson est un grand classique" des conseillers qui "par aigreur" assènent "des vérités non-vérifiables". Et Hortefeux de citer Musset : "L'orgueil en colère est mauvais conseiller".

Enfin, Brice Hortefeux a commenté les derniers sondages, qui donnent Alain Juppé à 39%, devant Nicolas Sarkozy à 33%. Brice Hortefeux l'assure : "Je ne m'intéresse pas aux sondages, je m'intéresse aux idées". On en reparle au prochain sondage en faveur de son favori.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

L'entrée en campagne de Sarkozy

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter