Affaire Matzneff : Christophe Girard démissionne, Anne Hidalgo "écoeurée"

Affaire Matzneff :  Christophe Girard démissionne, Anne Hidalgo "écoeurée"
Politique

DÉMISSION - Entendu dans l'affaire visant Gabriel Matzneff, l'adjoint à la mairie de Paris Christophe Girard a décidé de quitter ses fonctions. Une manifestation a eu lieu plus tôt dans la journée pour demander sa démission devant l'hôtel de ville.

Sous pression depuis quelques jours, Christophe Girard a décidé ce jeudi 23 juillet de quitter ses fonctions d'adjoint à la mairie de Paris. "J'ai 64 ans, une vie de famille épanouie et de nombreux engagements culturels, politique et associatifs, et n'ai nullement envie de pourrir ma vie plus longtemps et de m'emmerder à me justifier en permanence pour quelque chose qui n'existe pas", explique-t-il dans un communiqué. Une manifestation a eu lieu plus tôt dans la journée sur le parvis de l'Hôtel de ville appelant à la démission de l'élu et réunissant plusieurs dizaines de personnes, des féministes et des élus EELV.

Entendu en mars dans l'enquête visant l'écrivain pédocriminel Gabriel Matzneff, l'adjoint à Paris s'est trouvé dans le viseur des élus écologistes qui ont demandé sa suspension dimanche à Anne Hidalgo, ainsi que l'ouverture "d'une enquête de l'Inspection générale de la Ville de Paris". En effet, les enquêteurs ont interrogé Christophe Girard, secrétaire général de Yves-Saint Laurent entre 1986 et 1987, maison de couture ayant apporté un soutien financier à l'écrivain Gabriel Matzneff dans les années 80 selon plusieurs récits. Celui-ci était ressorti libre de son audition.

Soutien d'Anne Hidalgo

Toute l'info sur

L’affaire Gabriel Matzneff, écrivain accusé de pédocriminalité

Mais dans un entretien au Parisien paru ce jeudi, la maire de Paris a tenu à apporter son soutien à son adjoint, estimant que celui-ci n'était "visé par aucune plainte" : "Pour moi c'est un non-sujet. Il ne faut pas jouer avec des questions aussi graves sur la base de rumeurs, d'amalgames ou de boules puantes", a ajouté la maire. Après l'annonce de la décision de Christophe Girard, Anne Hidalgo s'est dit "écoeurée"

Mardi 21 juillet, suite à l'annonce de la manifestation prévue devant l'Hôtel de ville, l'avocate de Christophe Girard avait indiqué l'intention de ce dernier de porter plainte pour diffamation, dénonçant "une vindicte militante cherchant à substituer le tribunal de la rue au tribunal judiciaire". Dans un communiqué, son avocate avait alors considéré que "ces slogans sont diffamatoires à l’encontre de Christophe Girard en ce qu'ils assimilent celui-ci à un complice de pédo-criminalité" et que son client a été "auditionné en qualité de simple témoin" et "n'est mis en cause dans aucune enquête judiciaire". 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent