Affaire Penelope Fillon : "Il y a beaucoup d’argent, je suppose que ça correspond à beaucoup de travail et donc beaucoup de justificatifs", s'interroge René Dosière

Affaire Penelope Fillon : "Il y a beaucoup d’argent, je suppose que ça correspond à beaucoup de travail et donc beaucoup de justificatifs", s'interroge René Dosière
Politique

Toute L'info sur

L'affaire Penelope Fillon

INTERVIEW - René Dosière était invité mardi soir dans "24 heures en question", l’émission d’Yves Calvi sur LCI. L’occasion pour le député de l’Aisne apparenté socialiste et spécialiste des dépenses de l’Etat de s’exprimer sur l’affaire Penelope Fillon.

L’affaire se corse. Selon le Canard Enchaîné, qui sera en kiosque mercredi 1er février, Penelope Fillon aurait touché au total plus de 900 000 euros brut en tant que collaboratrice de son mari et de son suppléant ainsi qu’à la Revue des Deux Mondes,  pour ce qui pourrait être des emplois fictifs. Le premier, rémunéré 500.000 euros, implique l'utilisation d'argent public. Spécialiste des dépenses de l’Etat, René Dosière a réagi mardi soir dans l’émission d’Yves Calvi "24 heures en question", diffusée sur LCI,  sur cette affaire qui empoisonne François Fillon. 

Alors que la semaine dernière le député de l’Aisne apparenté socialiste etavait affirmé que jusqu’ici il n’y avait rien d’illégal, aujourd’hui, il ne semble plus aussi catégorique :  "Je suis très troublé avec les nouvelles révélations du Canard Enchaîné. On constate qu’il y a beaucoup d’argent, je suppose que ça correspond à beaucoup de travail et donc beaucoup de justificatifs que les intéressés vont pouvoir fournir à la justice", a-t-il déclaré. 

Voir aussi

Un collaborateur parlementaire peut-il, comme l'a prétendu l'entourage de François FIllon, demeurer dans la circonscription de l'élu qui l'emploie, sans ne jamais mettre les pieds à l’Assemblée nationale ? "Oui, c’est possible. J’ai moi-même un certain nombre de collaborateurs en circonscription qui ne viennent qu’une fois dans l’année", a expliqué René Dosière. Quant à savoir si le fait de tenir une permanence parlementaire à son domicile était normal - un autre argument avancé par les défenseurs du candidat LR - , le député a simplement répondu : "Ce n’est pas ma méthode de travail ". A chacun de faire comme il l’entend donc. 

Si sur le fond il ne se prononce pas vraiment, sur la forme, René Dosière a fait part de son mécontentement. Le député a ainsi critiqué la perquisition menée ce mardi matin dans le bureau de François Fillon à l’Assemblée nationale. Il a reproché aux autorités judiciaires de ne pas avoir informé au préalable les élus de cette action et a remis en cause son utilité alors que François Fillon avait été entendu la veille par les enquêteurs. "C’est une procédure qui peut porter atteinte à l’indépendance du Parlement", a-t-il estimé. 

Lire aussi

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter