Non, la journaliste qui a rencontré Penelope Fillon en 2007 n'est pas "choquée" par l'utilisation de son interview dans Envoyé Spécial

CHOQUÉE OU PAS ? - François Fillon a affirmé ce lundi lors d'une conférence de presse que Kim Willsher, la journaliste qui a interviewé Penelope Fillon en 2007, était "très choquée" par l'utilisation de son entretien rediffusé dans le dernier numéro d'Envoyé Spécial. Problème : cette même journaliste a dit le contraire sur Twitter.

Choquée ou pas choquée ? François Fillon, dans la tourmente depuis les révélations sur les emplois présumés fictifs de sa femme, s'est expliqué lors d'une conférence de presse, ce lundi. Le candidat à la présidence de la République est notamment revenu sur l'interview que sa femme avait accordé à une journaliste du Guardian, Kim Willsher, en 2007 et dont des morceaux ont récemment été réutilisés dans l'émission Envoyé Spécial. Dans la séquence, Penelope Fillon affirmait notamment n'avoir "jamais été l'assistante" de son mari.


"La journaliste qui a accompli cette interview s’est manifestée personnellement auprès de mon épouse pour lui dire à quel point elle était choquée par l’utilisation qui avait été faite des morceaux de cette interview", a réagi ce lundi François Fillon devant un parterre de journaliste. 


Un peu plus tôt dans la journée, le député LR Eric Ciotti avait de son côté évoqué des "propos sortis de leur contexte", indiquant, sur BFM, que la journaliste était "choquée" de la méthode. Le problème, c'est que Kim Willsher dit le contraire.

"C'est complètement fou"

Dans un tweet publié ce matin, la journaliste a vivement démenti les affirmations d'Eric Ciotti, l'invitant à lire son article sur le site du Guardian. "Il n'y a rien dedans qui dénonce Envoyé Spécial. RIEN". Dans ce fameux edito, elle expliquait comment elle avait "accepté à contre-coeur d'être interviewée par Envoyé Spécial pour parler des circonstances de sa rencontre avec Penelope Fillon et la mettre en contexte", rappelle Libération.


Dans un second tweet, la journaliste s'agace encore un peu plus, dénonçant la rapidité à laquelle "les fausses informations se répandent". "C'est complètement fou - un député et BFMTV relatent une fausse traduction d'un de mes articles". La journaliste n'a en revanche pas répondu à François Fillon qui affirme qu'elle s'est entretenue avec Pénélope Fillon. 


Selon Elise Lucet, la journaliste "n'a pas téléphoné à Penelope Fillon et maintient son soutien au reportage d'Envoyé Spécial". Contacté par LCI, la journaliste n'avait pas encore répondu à nos sollicitations.

Comme le rappelle Libération, l'intox viendrait du site Midi Libre. Dans un article publié le 4 février dernier, le quotidien indiquait que la journaliste du Guardian n'aurait "pas apprécié" que les images de son interview soient "sorties de leur contexte". La faute à une mauvaise traduction ? L'article a, en tout cas, disparu du site.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

L'affaire Penelope Fillon

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter