"On casse d'abord du bamboula [...] puis du tout-venant" : le tweet assassin de Christiane Taubira sur l'affaire Théo

Politique

Toute L'info sur

L'affaire Théo

LANCE-FLAMMES - Très remontée après l'affaire Théo, à Aulnay-sous-Bois, l'ancienne Garde des Sceaux ne s'est pas retenue pour évoquer les craintes que faisait naître chez elle les suites de cette violente interpellation.

C’est la deuxième fois que l’ex-ministre réagit à l’affaire Théo, ce jeune homme d’Aulnay-sous-Bois dont le contrôle d'identité a violemment dérapé, le 2 février. Et le moins qu’on puisse dire, c’est que Christiane Taubira est remontée. Le 7 février, alors que des échauffourées éclataient dans la ville de Seine-Saint-Denis, elle s’était fendue d’un tweet relativement sobre, rappelant le principe vital de "l’exemplarité".

Mais depuis, beaucoup de choses se sont passées. Alors que Théo souffre d'une déchirure de 10 centimètres, suite à l'intromission de la matraque d'un des policiers dans ses fesses, l'IGPN a estimé qu’il s’agissait plus d’un accident que d’un viol, un syndicaliste policier a considéré qu’il était "à peu près convenable" d’utiliser le terme "bamboula" vis-à-vis d’une personne. Trop, c’est trop aux yeux de Christiane Taubira qui ce vendredi a posté un tweet cinglant : 

Voir aussi

Lire aussi

"Bamboula", l'allusion au dérapage du policier d'hier est plutôt claire. En revanche pour "bougnoul", difficile de dire ce à quoi Christiane Taubira fait directement allusion, si ce n'est peut-être qu'elle prédit une libéralisation des dérapages racistes, quelques mois après qu'un policier a été jugé pour en avoir usé à l'attention de ses collègues, et alors que les collectifs contre les abus policiers dénoncent régulièrement ces pratiques.

"Jeune", "Travailleur" : là en revanche, on pourrait s'imaginer que l'ancienne ministre fait référence aux débordements survenus lors des manifestations anti-loi Travail, quand de nombreuses - et graves - blessures avaient été déplorées avec l'usage de grenades de désencerclement ou, tout simplement, des violences injustifiées. "Puis du tout venant" : là encore, doit-on y voir une prédiction - bien pessimiste - des mois à venir ?

En vidéo

"Affaire Théo" : "Il n’y a pas eu l’intention de commettre un crime sexuel", conclut l’IGPN

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter