Affrontement Hollande / Valls : comment chacun peut s'en sortir ?

MISE AU POINT - C'est un duel fratricide : le Premier ministre et le président se font face. Une première, hors cohabitation, sous la Vème République. Comme les deux intéressés vont gérer la situation ?

  • 1François Hollande doit tenir et retenir

    Le président de la République, clairement attaqué, doit tenir son calendrier. Il a déjà annoncé qu’il ne serait candidat qu’en décembre. Alors en attendant, François Hollande multiplie les déplacements, officiels devant les caméras comme prochainement dans la Manche et le Calvados, mais aussi plus officieux, en off, à la rencontre des Français, ses potentiels futurs électeurs. Le chef de l’Etat va tenter d’occuper le terrain médiatique au maximum, en multipliant les interviews. Une émission télévisée serait également une option envisagée. Il a également prévu de recevoir à l’Elysée des députés socialistes, un moyen de conserver ses alliés actuels dans son camp. François Hollande n’en oublie pas sa cible principale : son Premier ministre. Après les critiques essuyées, il a notamment appelé Manuel Valls alors en déplacement sur le continent africain. Un rappel à l’ordre qui indique qu’il ne laissera plus rien passer.
  • 2Manuel Valls doit s’émanciper et précipiter

    Malgré son discours "langue de bois" ce mercredi devant le Conseil des ministres, Manuel Valls se sent clairement pousser des ailes. Le dernier sondage Sofres One Point indique qu’il a le vent en poupe : +3 points auprès des Français et même +11 points auprès des militants socialistes quand François Hollande chute de 7 points chez les partisans. Le Premier ministre compte bien utiliser cette avance et place ses troupes au premier rang, la communication prime.
  • 3Jean-Christophe Cambadélis doit arbitrer et trancher

    Le premier secrétaire du parti est peut-être la clé dans cette affaire. Il se doit d’éviter un éclatement du PS, il en va de la survie du parti. Les proches de Manuel Valls lui aurait déjà demander de "prendre ses responsabilités" et de convaincre le président de renoncer à se représenter pour 2017.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

2017 : la bataille de la gauche

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter