Marlène Schiappa annonce de nouvelles mesures contre les violences conjugales

Politique
DirectLCI
ANNONCES - Invitée de la matinale de RTL ce lundi, la secrétaire d'Etat chargée de l'égalité entre les femmes et les hommes a annoncé un plan d'action gouvernemental contre les violences conjugales.

Un an après #MeToo, des mesures concrètes. Invitée dans la matinale de RTL ce lundi 1er octobre, la secrétaire d'Etat chargée de l'égalité entre les femmes et les hommes, Marlène Schiappa, a annoncé de nouvelles mesures pour lutter contre les violences conjugales.

Une campagne TV en direction des témoins

Vous êtes peut-être d'ores et déjà tombé dessus en zappant sur votre téléviseur. Une campagne de sensibilisation a été lancée dimanche 30 septembre. Sa spécificité ? Elle s'adresse en priorité aux témoins de violences, qui ont le pouvoir d'alerter les forces de l'ordre. Marlène Schiappa espère que ces spots sauront amener "un sursaut" dans la prise de conscience. Coût de cette campagne : quatre millions d'euros.

Une subvention supplémentaire pour le 3919

Le 3919 est le numéro d'écoute national à l'adresse des femmes victimes de violences conjugales. Marlène Schiappa annonce ce lundi sa volonté de voir 100% des appels sur cette plateforme pris en charge. A l'heure actuelle, certaines appelantes ne reçoivent pas de réponse, par manque d'effectifs. Là encore, des moyens ont été déployés : la plateforme va ainsi recevoir une subvention de 120.000 euros. Un chiffre confirmé par l'équipe du 3919 à LCI, qui devrait permettre de financer trois postes supplémentaires. 


Le sujet est aussi politique : dans un sondage Enquête Harris Interactive pour RTL GIRLS publié ce lundi matin, la majorité des personnes sondées estiment que le gouvernement ne fait assez pour la lutte contre les violences faites aux femmes. Parmi elles, 91% jugent qu'une plus grande efficacité du numéro d'appel national doit être une priorité dans l'action du gouvernement. 

Une plateforme de signalement en ligne

Son nom : Astrée. Cette plateforme sera lancée au mois d'octobre et devrait permettre de faciliter le dépôt des plaintes pour violences sexistes et sexuelles. 

Des contrats locaux contre les violences

Ces contrats locaux contre les violences prendront la forme d'un "dispositif de partage d'alertes"entre professionnels : urgentistes, préfets, forces de l'ordre et associations devraient pouvoir s'y coordonnée. L'objectif affiché : sauver les femmes "avant qu'il ne soit trop tard". 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter