Ain : le village de Bressolles est désormais interdit aux Pokemon

Politique
POKEMON GO - Face au succès planétaire du jeu en réalité augmentée, le maire de Bressolles, 800 âmes, vient de prendre un arrêté municipal interdisant "l'implantation de Pokémon sur la commune". Les petites créatures japonaises constituent, selon lui, une menace à l'ordre public.

Les Pokemon ne sont pas les bienvenus à Bressolles. Le maire de ce petit village de l'Ain vient de signer un arrêté interdisant "l'implantation de Pokémon sur la commune", un texte qu'il a envoyé aux concepteurs du jeu, rapporte Le Progrès

Pour justifier sa décision, Fabrice Beauvois explique qu'il lui appartient "d'assurer le bon ordre et la tranquillité publique". Pour lui, la chasse aux petites créatures japonaises représente un danger, notamment à cause de "l'inattention des piétons et des conducteurs de véhicules visionnant leur téléphone".

Prévenir la "propagation contagieuse et anarchique du phénomène"

L'élu s'inquiète également d'une "situation [qui] peut favoriser en soirée et la nuit la constitution de groupes dont il convient de prévenir l'émergence". Il est de son devoir, estime-t-il, de prévenir "la propagation contagieuse et anarchique du phénomène" et les risques d'"addiction dangereuse que représente ce jeu vis-à-vis des jeunes populations".

Comme le précise Le Progrès , à ce jour, bien peu des 800 habitants de Bressolles n'ont eu l'occasion de croiser un Pokémon dans leur petit village, situé à une trentaine de kilomètres de Lyon.

Un arrêté envoyé à Niantic et à la Pokemon Company

Les adeptes de l'application en réalité augmentée, téléchargée des dizaines de millions de fois, ne seront pas, pour leur part, inquiétés : la chasse au Pokemon, en elle-même, n'est pas interdite. Cet arrêté municipal ne concerne que le studio Niantic et la Pokemon Company, à qui le maire de Bressolles a envoyé sa mise en garde.

A mesure que le jeu Pokémon Go prend de l'ampleur au niveau mondial, de plus en plus d'espaces géographiques, lieux de mémoires, endroits jugés dangereux, de communes, ou même certains pays comme l'Iran, refusent d'être répertoriés comme zone de chasse aux Pokémon.

À LIRE AUSSI
>>  Pokémon Go au volant : vous risquez l'accident, le PV et le retrait de points
>>  Les conseils d’un maître Pokémon pour bien débuter sur le jeu Pokémon Go
>> Notre dossier sur Pokémon Go

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter