Mais au fait, Alain Juppé est-il vraiment plus féministe que François Fillon ?

Mais au fait, Alain Juppé est-il vraiment plus féministe que François Fillon ?
Politique

DÉBAT D'IDÉES – Alors qu'Alain Juppé a demandé à François Fillon de lever ses ambiguïtés au sujet de l'avortement, LCI a examiné le programme du maire de Bordeaux sous le prisme des droits des femmes. Mais difficile de passer pour un féministe quand on se souvient, notamment, du fameux épisode des "Juppettes" en 1995...

Qui l’eut cru ? Dans ces dernières heures de campagne pour la primaire de la droite et du centre, ce sont bien les droits des femmes qui font office de pivot central. Proche de l’association "Sens Commun", issue de la Manif pour Tous, et personnellement opposé à l’avortement, François Fillon est attaqué ainsi de toutes parts pour ses positions jugées conservatrices et rétrogrades. 

Lire aussi

    Et son adversaire Alain Juppé ne se prive pas d'ajouter sa pierre à l'édifice en lui demandant de "clarifier" sa ligne de conduite sur le droit des femmes à disposer de leur corps. Mais au fait, Alain Juppé, il donne quoi votre programme en matière de féminisme ? Ce mercredi soir, le candidat dont l'épouse est intervenue mardi soir à la tribune lors d'un meeting participera à une réunion-débat sur ce sujet, afin de dérouler ses quatre axes de combat

    Lire aussi

      Propositions d'Alain Juppé pour l'égalité homme/femme

      • 1Lutte contre les violences faites aux femmes

        C’est sa priorité. Alain Juppé souhaite mettre en place un "programme de formation coordonnée des forces de sécurité, des professionnels de santé, des magistrats" afin de lutter contre les violences faites aux femmes. Et réaliser des statistiques plus détaillées pour une meilleure prise en charge. Le candidat Juppé s'engage également à "promouvoir une prise en charge globale de la victime privilégiant un parcours pré-défini".
      • 2Lutte contre la précarité

        En axant ses propositions sur les femmes isolées, Alain Juppé propose de créer des "centres d’accueil dédiés aux femmes dans le cadre des CCAS ou autres structures existantes sur le territoire". Il propose aussi la mise en place de bus ou d’unités mobiles de médiation pour les femmes en situation de précarité.
      • 3Mettre fin au sexisme

        Haro sur le sexisme et ce, dès le plus jeune âge. Alain Juppé veut donc pour cela "favoriser la mixité des installations sportives", travailler sur les "contenus des manuels scolaires". Et "inciter les filles à se lancer", sans donner davantage de précisions.
      • 4Promouvoir l'égalité professionnelle

        Enfin, Juppé président souhaiterait dresser un bilan de l'égalité professionnelle tous les 8 mars. Il propose, pour parvenir à "un meilleur équilibre vie professionnelle - vie personnelle", un choix du mode des garde des enfants.

      Lire aussi

        En vidéo

        Primaire de la droite et du centre : Alain Juppé jette son dévolu sur l'électorat féminin

        La rancune des "Juppettes"

        Un programme similaire, dans les grandes lignes, au volet de propositions "pour la liberté des femmes" de François Fillon, qui se focalise lui aussi autour de "mesures en direction des mères isolées", de "la lutte contre les violences faites aux femmes" et de la mise en valeur de "l’égalité homme/femme". Restent donc, pour départager les candidats sur la question du féminisme, ces boulets qu’ils traînent lourdement derrière eux. Et si François Fillon est aujourd’hui épinglé pour avoir affirmé au détour d’un meeting en petit comité que "le droit à l’avortement n’était pas un droit fondamental", Alain Juppé n’est pas en reste. Car personne, ou presque, n’a oublié l’épisode des "Juppettes".

        Lire aussi

          Toute l'info sur

          Fillon candidat de la droite pour 2017

          Nous sommes en 1995. Douze femmes - secrétaires d’Etat pour la plupart - font partie du gouvernement Juppé. Si elles garderont pour toujours ce surnom sexiste de "Juppettes" déniché par les médias, elles ne feront en réalité pas long feu sur la scène gouvernementale. Six mois plus tard et en l’espace de 24 heures, le Premier ministre remercie huit d’entre elles. Un épisode qui ressemble  aujourd’hui à  "un mauvais souvenir" pour le maire de Bordeaux, qui martèle désormais  : "Si je suis élu, je prends l’engagement que mon gouvernement sera paritaire."

          Lire aussi

            En vidéo

            Vidéo. Quand Fillon déclarait ne pas approuver l'avortement à titre personnel

            Lire aussi

              En vidéo

              Dernier débat de la primaire : Alain Juppé, le challenger de la soirée

              Sur le même sujet

              Et aussi

              Lire et commenter

              Alertes

              Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent