Alain Juppé et Nicolas Sarkozy s'affrontent pour conquérir le Sud-Est

DirectLCI
CAMPAGNE - En plein coeur de la bataille les opposant dans la primaire de la droite, les candidats Alain Juppé et Nicolas Sarkozy seront ce jeudi soir en meeting à Marseille et Toulon. L'occasion de tenter de rallier les sympathisants dans cette région historiquement très stratégique.

Ils sont arrivés ce jeudi dans le Sud de la France, mais pas question pour eux de se croiser. Ce soir, Alain Juppé et Nicolas Sarkozy seront en meeting respectivement dans les villes de Toulon dans le Var et de Marseille dans les Bouches-du-Rhône, à 72 kilomètres l'un de l'autre. Un déplacement important pour les deux candidats mais pas aléatoire : dans la région Provence-Alpes-Côte d'Azur, l'électorat affiche un fort penchant pour la droite. Et si Nicolas Sarkozy sait que sa popularité est au beau fixe, ce n'est pas le cas d'Alain Juppé qui a sorti le grand jeu pour rallier des sympathisants à sa cause. En effet, le candidat s'est rendu ce matin dans les quartiers nord de Marseille afin de rencontrer commerçants, associations et la jeunesse dans cette partie de la ville connue pour son marché noir et sa pauvreté. 

Sarkozy va plutôt dans ses bastions (...) tandis que Juppé a la stratégie contraire de rassemblementHervé Le Bras, démographe

Car dans le Sud-Est, Alain Juppé a un adversaire de taille en la personne de Nicolas Sarkozy. "La stratégie des deux candidats est très différente, explique le démographe Hervé Le Bras à LCI. On a l'impression que Sarkozy va plutôt dans ses bastions, là où il va pouvoir récolter le plus de voix, tandis que Juppé a la stratégie contraire de rassemblement, de ' voilà je suis ouvert à tous', pour prouver qu'il n'a pas besoin d'aller seulement dans ses bastions de l'Est et du Bordelais car il est un rassembleur." 


Et si Nicolas Sarkozy attire les foules, ce n'est pas forcément le cas d'Alain Juppé. Le Bordelais a choisi pour son meeting la salle Gérard Philipe - La Garde d'une capacité de 700 places assises contre 2500 pour la salle Vallier choisie par son adversaire à Marseille. "Il est plus facile pour Nicolas Sarkozy de remplir des salles que pour Alain Juppé, explique à LCI le directeur général adjoint d'Opinionway Bruno Jeanbart. Pour Alain Juppé, qui va dans une ville plus petite, c'est peut-être plus compliqué d'organiser un meeting qui paraisse assez réussi, pertinent. Pour Nicolas Sarkozy, il a un autre problème, il arrive plutôt à bien remplir les salles, il a une attractivité très forte. Ce qu'il n'arrive pas à faire pour le moment c'est d'élargir son électorat."

La ferveur observée en 2012 n'a pas flanché, selon Bruno Jeanbart qui explique que la région "vote beaucoup plus à droite que la moyenne nationale". "En gros, on a à peu près 20% des sympathisants de droite qui disent vouloir voter à la primaire. Géographiquement, ça fera des zones du territoire où on votera beaucoup plus que dans d'autres." L'une des raisons ? Le développement urbain du Sud-Est. "Les territoires urbains dans une primaire doivent a priori voter plus que les territoires ruraux pour des raisons techniques, explique le spécialiste. En zone urbaine vous aurez un bureau de vote très proche de chez vous, en zone rurale c'est plus compliqué, pour certains il faudra faire 20 kilomètres en voiture."

En vidéo

Primaire de la droite : Alain Juppé et Nicolas Sarkozy en déplacement à Toulon et Marseille

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter